121 Votez

Du nouveau sur le front de la vie (après la mort)

Par , le 11 Oct. 2014, dans la catégorie Articles - Imprimer ce document Imprimer - English version

Resuscitation journal

Une équipe de chercheurs en médecine dirigée par le Dr. Sam Parnia vient de faire paraître, dans la très sérieuse revue Resuscitation consacrée à la réanimation médicale, les résultats d’une vaste étude internationale menée sous les auspices de l’Université de Southampton (Grande Bretagne) auprès de 2060 patients victimes d’arrêt cardiaque. Les cas les plus troublants concernent les témoignages, très nombreux, de personnes en état de « mort cérébrale » mais capables, une fois réanimées, de rapporter des états de conscience et même des perceptions ayant eu lieu dans l’intervalle temporel où elles se trouvaient suspendues entre la vie et la mort. Le cas spectaculaire d’Eben Alexander a récemment été évoqué ici-même. Cette expérience n’est donc pas isolée, et ses ressorts sont maintenant mieux compris. D’après l’article publié par Resuscitation, la présence d’une expérience consciente a même pu être attestée dans un cas en l’absence de tout signe clinique d’activité cérébrale. Avec beaucoup de prudence, les scientifiques touchent ainsi du doigt un phénomène critique qui semble renforcer l’hypothèse d’une indépendance partielle de la conscience par rapport à son substrat corporel. Y a-t-il une vie après la mort ? C’est une autre affaire sur laquelle la science projette déjà, indirectement, quelques lueurs.

Lien vers l’article

Sam Parnia et al., « AWARE—AWAreness during REsuscitation—A prospective study », Resuscitation, septembre 2014.

Liens vers quelques réactions des médias français

À (re)découvrir :


Consulter également :


Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Revenir en haut

4 commentaires

  1. sakineh le 12 Oct 2014 à 15:09 1

    C’est vraiment une heureuse nouvelle que des études sérieuses et scientifiques soient de nouveau à l’ordre du jour !! . Certaines personnes et journalistes ! ont l’air de tomber des nues; et je ne peux m’empêcher de penser : les premiers livre de raymond moody et de paul misraki datent déjà des années 70, un grand nombre de livres, d’articles et d’études (ex : la source noire de patrice van eersel en 1987) également très bien documentés sont sortis depuis, des émissions de télévision, certes que l’on pourrait qualifier de grands shows mais avec quand même des témoignages troublants, ont été diffusées (une qui était, (parfois :), assez intéressante passait sur Direct 8 il y a 5 ans), les interviews et livres de brian weiss et michael newton, un documentaire très sérieux, avec des témoignages de scientifiques allemands, américains, hollandais, français, américains aussi je crois, était passé sur arte en 2000 (“voyages dans l’au-delà” que l’on peut trouver sur ce site) : le temps est long avant que les gens n’émettent dans leur esprit l’ éventualité qu’il y ait autre chose après la “mort” et encore plus donc pour changer les mentalités. Espérons que bien d’autres études scientifiques suivent et amènent des preuves irréfutables, celles qui permettront peut-être de rééquilibrer certaines valeurs et d’éclaircir ce monde bien noir aujourd’hui.

  2. adissam le 12 Oct 2014 à 18:27 2

    Merci pour avoir rassemblé ces liens en français.

    C’est une étude remarquable pour l’approche scientifique et le travail de nombreux médecins et chercheurs dans 15 hôpitaux à travers le monde.

    Il est intéressant de noter le nombre d’articles qui en ont fait l’écho et la quantité de commentaires que cela suscite (plus de 1000 par ex. dans le Telegraph.co.uk).

    Comme le dit Nicolas Martin dans sa chronique sur France Culture: “cela fait partie des grandes questions de l’humanité, que se passe-t-il après la mort ?

  3. adissam le 13 Oct 2014 à 22:02 3

    Sur France Inter dans l’émission “la tête au carré” de ce Lundi 13 Octobre, la chronique d’actualité scientifique était justement consacrée à cette étude .
    Le chercheur interrogé, un neuroscientifique de l’université de Liège du COMA science group (Pr. Steven Laureys) indique: “c’est une étude extrêmement importante dont on attendait depuis longtemps les résultats […]” et il ajoute qu’il conviendrait donc maintenant d’être prudent et d’interroger les patients après un arrêt cardiaque car cela montre que certains, même si c’est une minorité, ont une mémoire de cet état.

    Pour avoir rencontré un patient qui a vécu une telle expérience, son émotion était telle qu’elle m’a montré toute la joie et la profondeur de ce qu’il avait pu vivre.

  4. a le 28 Jun 2015 à 21:34 4

    Un essai de traduction de la section introductive de l’article:

    AWARE—AWAreness during REsuscitation—A prospective study

    Auteurs: Sam Parnia, Ken Spearpoint, Gabriele de Vos, Peter Fenwick, Diana Goldberg, Jie Yang, Jiawen Zhu, Katie Baker, Hayley Killingback, Paula McLean, Melanie Wood, A. Maziar Zafari, Neal Dickert, Roland Beisteiner, Fritz Sterz, Michael Berger, Celia Warlow, Siobhan Bullock, Salli Lovett, Russell Metcalfe Smith McPara, Sandra Marti-Navarette, Pam Cushing, Paul Wills, Kayla Harris, Jenny Sutton, Anthony Walmsley, Charles D. Deakin, Paul Little, Mark Farber, Bruce Greyson, Elinor R. Schoenfeld

    INTRODUCTION

    On observe de nombreuses conséquences psychologiques et cognitives suite à un arrêt cardio-respiratoire (ACR) réanimé avec succès, cela inclut l’état de stress post-traumatique (SSPT), la dépression et une perte de mémoire ainsi que des processus cognitifs spécifiques pouvant se rapprocher de ceux d’un état de conscience sous anesthésie (réf 1,2), ceci a abouti à envisager la possibilité qu’un état conscient pourrait se produire pendant une réanimation cardio-respiratoire (réf. 3).

    Ajouté aux perceptions auditives, qui sont caractéristiques d’un état de conscience sous anesthésie (ou conscience peropératoire), les survivants d’un ACR ont également eu l’expérience de perceptions visuelles vivides, marquées par le ressenti de pouvoir observer et se rappeler des événements qui ont lieu autour d’eux (réf 4).

    Bien que l’état de conscience sous anesthésie donne lieu à des états comparables à ceux d’un rêve, l’expérience cognitive spécifique décrite suite à un ACR reste méconnue. Les patients victimes d’un ACR ont rapporté des perceptions visuelles conjointement à une activité mentale et cognitive incluant un processus de pensée, de raisonnement et de formation de la mémoire (réf 3). Il a également été décrit que les patients se rappellent de détails spécifiques en lien avec les événement qui avaient lieu pendant la réanimation (réf 4).

    Bien qu’il y ait eu de nombreuses descriptions anecdotiques de ces phénomènes, il n’y a eu qu’une poignée d’études qui ont utilisées une méthodologie de recherche rigoureuse pour examiner l’état mental associé à une réanimation d’ACR (réf 4-7).

    Ces études ont examiné le terme scientifiquement imprécis mais pourtant régulièrement utilisé d'”expérience de mort imminente” (EMI/NDE) (réf 3).
    Alors que plus de 10% des survivants à un ACR décrivent une EMI (réf 3), le champ plus large des expériences cognitives/mentales correspondant à un arrêt cardio-respiratoire (ACR), ainsi que l’état de conscience, et le rapprochement entre un véritable ACR et les descriptions d’événements auditifs et visuels rapportés n’a pas été étudié.

    Le principal objectif de cette étude était d’examiner l’incidence d’un état de conscience et le plus large registre des expériences mentales pendant une réanimation.
    Le second objectif était d’explorer la faisabilité d’établir une nouvelle méthodologie pour tester la pertinence des descriptions visuelles et auditives ainsi que des états de consciences pendant un ACR.

Url de rétrolien | S'abonner aux commentaires de cette page

Déposer un commentaire

Les commentaires de ce site sont modérés et ne seront donc visibles aux autres lecteurs qu'une fois validés
Rappel des mentions légales

e-ostadelahi.fr | © 2018 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact