126 Votez

Eben Alexander : un neurochirurgien raconte sa propre expérience de mort imminente

Par , le 1 Oct. 2013, dans la catégorie Lectures - Imprimer ce document Imprimer

La preuve du paradis, Eben Alexander

Dr Eben Alexander, La preuve du Paradis ou Voyage d’un neurochirurgien dans l’après-vie…, Guy Trédaniel éditeur, 2013.

Le 10 novembre 2008, le Docteur Eben Alexander, neurochirurgien et chercheur de renommée internationale, ayant enseigné notamment à la Faculté de médecine de Harvard et en exercice dans les plus grands hôpitaux américains, est plongé dans un coma qui se prolongera durant sept jours.

La cause en sera diagnostiquée quelques jours plus tard ; il s’agit d’une maladie rare puisque moins d’un adulte sur 10 millions la contracte spontanément chaque année, à savoir une méningite liée à la bactérie Escherichia coli.

Il est probable que le docteur Alexander avait été contaminé quelque mois auparavant lors d’une visite au Centre Médical de Tel Aviv, en Israël, où le docteur s’était rendu afin de coordonner un programme de recherche sur la chirurgie du cerveau par ultrasons.

Dans un tel cas de méningite bactérienne, la bactérie attaque d’abord la couche externe du cerveau, le cortex. Nous savons que ce dernier est responsable de la mémoire, du langage, de la sensibilité visuelle et auditive et du raisonnement logique.

Or pendant toute cette période de coma subi par le docteur Alexander, l’ensemble de son néocortex – la surface externe du cerveau, considérée comme essentielle à la production de la conscience – était éteint. Inopérant.

Il ne s’agissait pas, nous dit-il, d’une inactivation temporaire liée à un arrêt du cœur intervenu pendant quelques instants. Dans ce cas, explique-t-il, « mon néocortex n’était plus dans le coup ».

Or, contre toute attente, et alors que les médecins envisageaient de le « débrancher », devant la dégradation majeure de son état clinique sans espoir de guérison, le docteur Alexander est revenu à un état de conscience normal en ne présentant au final, fait incroyable, aucune séquelle neurologique.

Guérison miraculeuse, certes ! Mais ce qui interroge le plus, c’est le récit que nous fait le docteur Eben Alexander de cette expérience. Parce que ce qu’il a pu « vivre » à l’occasion de cet événement, « c’est que la mort du corps et du cerveau n’est pas la fin de la conscience », mais « que l’expérience humaine continue au-delà de la tombe ».

Ce qu’il résume sous cette forme : « J’ai rencontré la réalité d’un plan de conscience qui existait totalement indépendamment des limitations de mon cerveau ».

Ce récit me paraît intéressant parce que provenant d’un homme de science et justement spécialiste de cette matière que constitue le fonctionnement du cerveau. Parce que provenant d’un homme informé des expériences de NDE intervenues à l’occasion d’arrêts cardiaques. « Des histoires extraordinaires, sans conteste. Mais tout cela était, de mon point de vue, du pur fantasme ».

Telle était sa vision des choses : « si on ne dispose pas d’un cerveau en état de marche, on ne peut pas être conscient … Quand la machine est cassée, la conscience s’arrête »

Or voilà que libéré de son identité corporelle, et de tout souvenir terrestre, il vit une expérience étrange, un voyage au-delà de notre monde, non pas voyage onirique mais ultra réel, aussi loin nous dit-il et l’a-t-il ainsi senti « de l’illusoire que l’on puisse se trouver ».

Son livre est le récit de cette expérience dont il s’est senti obligé de rendre compte bien qu’il n’ignore pas qu’elle soit tellement étrangère à notre compréhension ordinaire qu’elle fera nécessairement l’objet d’un grand scepticisme, semblable à celui dont il faisait preuve lui-même à l’écoute des récits de NDE dont il prenait connaissance.

Il nous décrit ainsi les étapes de ce voyage. L’immersion profonde dans un monde souterrain sous la forme d’un « point de conscience solitaire », conscience sans mémoire et sans identité. « Repensant à cet endroit, j’en suis venu à l’appeler » nous dit-il, « le Monde Vu du Ver de terre ». Puis émergence dans un monde lumineux à la réalité mille fois plus intense que notre monde terrestre pour accéder à des mondes supérieurs à la vibration plus haute, des espaces où questions et réponses ne font qu’un, au « cœur », à la matrice du système !

C’est donc à un grand panorama de l’invisible et de la face spirituelle de l’existence que le docteur Eben Alexander nous dit avoir eu accès et qu’il essaie de nous faire percevoir via des mots insuffisants pour transmettre la réalité vécue. « Un peu comme essayer d’écrire un roman en utilisant seulement la moitié de l’alphabet »

« Nous sommes loin de la réflexion scientifique ? » questionne-t-il ; « Eh bien, je ne suis pas d’accord. Je reviens de cet endroit et rien ne pourrait me convaincre qu’il ne s’agit pas là de la plus grande vérité émotionnelle de l’univers, mais également de la plus importante vérité scientifique »

Et de conclure : « Dans mon ancienne vision du monde, “spirituel” n’était pas un mot que j’aurais employé au cours d’une conversation scientifique. Je pense désormais que c’est un mot dont nous ne pouvons pas faire l’économie ».

Il me semble personnellement que nous avons tous pu expérimenter, sous une forme atténuée et de manière plus ou moins obscure, plus ou moins floue, certaines des réalités exprimées par le docteur Alexander dans son livre. Par exemple, ce sentiment irrationnel d’être à la fois dérisoire mais néanmoins relié, protégé. Cette conviction que la vraie pensée est pré physique ; que notre effort est souvent celui de la ramener en termes de déduction linéaire ou d’analogie pour lui donner vie vis à vis des autres et parfois en nous-mêmes. Que notre Moi véritable est libre.

Je me dis que ce savoir que le docteur Alexander est allé chercher via ce grand voyage, peut-être existe-t-il en nous mais que, plongés dans la rumeur de ce monde matériel, nous ne savons plus l’entendre. À nous alors de descendre dans notre guide intérieur pour prêter l’oreille aux enseignements que couvrent les bruits et l’avidité de l’instant.

À regarder

Entretien avec Eben Alexander enregistré à l’occasion des 2èmes rencontres internationales sur les expériences de morts imminente qui ont eu lieu à Marseille en mars 2013.


Consulter également :


Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Revenir en haut

36 commentaires

  1. Karl le 01 Oct 2013 à 10:12 1

    Merci pour ce texte et cette vidéo très intéressante qui me motive dans ma quête personnelle et mon cheminement spirituel.

  2. Joubi le 01 Oct 2013 à 11:19 2

    Merci pour cet article et cette vidéo.
    Je recommande aussi l’histoire de Jill Bolte Taylor, une grande scientifique américaine diplomée de Harvard et spécialisée en neuro-anatomie qui a vécu, à travers un accident vasculaire cérébral (AVC), une expérience spirituelle extraordinaire, comparable à celle de Eben Alexander.

  3. A. le 01 Oct 2013 à 18:25 3

    PAR EXEMPLE, CE SENTIMENT IRRATIONNEL D’ETRE A LA FOIS DERISOIRE MAIS NEANMOINS RELIE, PROTEGE.

    Une des parties les plus étonnantes (voir époustouflantes) du livre, est la rencontre avec la matrice, Dieu – voici quelques passages :

    « la voix de cet Être était chaude et –aussi étrange que cela puisse sembler – personnelle. Elle comprenait les humains et elle possédait les qualités que nous possédons, mais dans une mesure infiniment plus grande. Elle me connaissait profondément et débordait des qualités que j’ai toute ma vie associées aux être humains et seulement eux : chaleur, compassion, pathos … et même ironie et humour » (page 73 version française)

    « Chacun et tout le monde est profondément connu et choyé par un Créateur qui nous chérit au-delà de toute capacité pour nous de le comprendre » (page 136 version française) et qui « comprend et compatit à notre situation humaine plus profondément et personnellement que nous pouvons l’imaginer, car Il sait ce que nous avons oublié, et comprend le terrible fardeau consistant à vivre en étant amnésique du Divin, ne serait-ce qu’un instant. » (page 122 version française)

  4. A. le 01 Oct 2013 à 18:41 4

    DES ESPACES OU QUESTIONS ET REPONSES NE FONT QU’UN, AU « CŒUR », A LA MATRICE DU SYSTEME !

    Un autre passage du livre qui est très impressionnant (il y en a plusieurs) est le suivant :

    « Pendant que j’étais au-delà de mon corps j’ai reçu une connaissance sur la structure et la nature de l’univers qui était largement au-delà de ma compréhension » (page 117 version française) » … « Là-haut, une question naissait dans mon esprit et la réponse surgissait aussitôt …Et les réponses n’étaient pas non plus de simples « oui » ou « non ». Elles étaient de vastes édifices conceptuels, de prodigieuses structures de pensée vivante, aussi complexe que des villes »

  5. Wilhelm le 02 Oct 2013 à 22:08 5

    Remaquable, impressionnant, et “deep”, profond.

    Le texte de présentation, l’entretien bien entendu, et aussi les commentaires explicatifs de « A. » sont une excellente introduction à cette expérience proprement stupéfiante qui a la particularité d’être décrite avec précision et méticulosité, de manière analytique et vivante.

    Notamment la partie sur les questions-réponses est très forte: “Et les réponses n’étaient pas non plus de simples « oui » ou « non ». Elles étaient de vastes édifices conceptuels, de prodigieuses structures de pensée vivante, aussi complexe que des villes”

  6. clem le 02 Oct 2013 à 22:59 6

    C’est aussi ce que confirment les expériences de régression sous hypnose conduites par des personnes formées et compétentes

  7. A. le 02 Oct 2013 à 23:15 7

    Le Dr Alexander répond aux objections des sceptiques qui disent que :

    — le coma n’implique pas une obnubilation complète de l’activité corticale (1) (2), qui est, par contre, une caractéristique de la mort cérébrale et que même si c’était le cas, la conscience pourrait impliquer d’autres parties du cerveau et pourrait donc expliquer les expérience du Dr Alexander —

    en soulignant que ses visions étaient trop “intenses”, trop “hyper-réelles”, “précises et claires” et “vivantes” et aussi trop imprégnées de signification pour que même un cerveau en pleine santé ne puisse les évoquer, sans parler d’un cerveau trempé dans du pus. “La méningite est très efficace à éliminer le néocortex et bien que l’on puisse toujours argumenter qu’il subsiste encore une fonction résiduelle à un niveau profond, qui pourrait survivre”, c’est un fait bien connu par tout neurochirurgien ayant soigné des patients en coma (pour des raisons variées), qu’il ne se souviennent de rien, en général, même s’ils ont donné l’impression d’interagir. (3)

    (1) http://www.thelancet.com/journals/laneur/article/PIIS1474-4422%2804%2900852-X/fulltext

    (2) http://www.discoverymedicine.com/Andrea-Eugenio-Cavanna/2010/05/09/the-neural-correlates-of-impaired-consciousness-in-coma-and-unresponsive-states/

    (3) http://www.skeptiko.com/154-neurosurgeon-dr-eben-alexander-near-death-experience/

  8. A. le 03 Oct 2013 à 6:39 8

    Les sceptiques disent aussi que les expériences du Dr Alexander n’ont pas eu lieu pendant le coma. D’après eux, elles auraient en effet pu avoir lieu pendant sa sortie du coma, pendant la reprise de ses fonctions cérébrales (1) (2). En effet, on a constaté que, bien que ces visions semblent durer longtemps, elles ne correspondent en réalité “qu’à un bref moment de vie biologique” et auraient donc pu être induites par des substance psychédéliques telles le DMT, qui est aussi sécrété par le cerveau (c’est un neurotransmetteur) et qui provoque une modification de la conscience pendant quelques minutes seulement. De surcroît, elles pourraient aussi avoir été provoquées par l’administration de kétamine, qui est un produit anesthésique utilisé pendant la chirurgie et aussi (parfois) pour protéger un cerveau traumatisé.

    Le cerveau du Dr Alexander aurait donc pu avoir largement le temps pour souffrir de ces visions hallucinatoires pendant sa sortie du coma. Les sceptiques soulignent aussi que ses visions semblent irréelles et ressemblent de près à celles rapportées par des scientifiques tels le neurologue Oliver Sacks (2), qui décrit des hallucinations provenant des migraines, ou par Kemp McKenna (1) qui étudia et décrit en détail les états hallucinatoires induits par les substances psychédéliques.

    Le Dr Alexander rejette ces objections en insistant que “l’état d’hyper-réalité” est « indicible et tellement précis et clair » qu’il n’a rien à voir avec les expériences provoquées par des drogues” et que quand il était sorti du coma son état mental était gravement compromis au point qu’il ne se souvenait même pas de ses êtres les plus chers, et qu’il n’arrivait point les reconnaître. (3) Avec un pareil état mental, il est convaincu qu’il lui aurait été impossible d’expérimenter l’hyper-réel, alors qu’il l’a bel et bien vécu. Il croit fermement que la seule explication possible est que la conscience est séparée du cerveau, c’est à dire qu’elle survit à la mort cérébrale. Il ajoute aussi qu’en dépit de leurs qualité intemporelle, ses visions n’auraient pas pu avoir lieu pendant le temps où son cortex redémarrait.

    (1) http://www.samharris.org/blog/item/this-must-be-heaven

    (2) http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=why-near-death-experience-isnt-proof-heaven

    (3) http://www.skeptiko.com/154-neurosurgeon-dr-eben-alexander-near-death-experience/

  9. A. le 03 Oct 2013 à 6:51 9

    Un autre passage très intéressant est le suivant:

    “… j’ai eu un avant-goût d’une autre forme de connaissance, plus étendue : une forme de connaissance à laquelle je pense que les êtres humains seront capables d’accéder en plus grand nombre à l’avenir. Mais tenter de partager cette connaissance maintenant me met un peu dans la position du chimpanzé qui deviendrait humain pendant une journée pour découvrir toutes les merveilles du savoir humain, puis qui retournerait auprès de ses camarades chimpanzé en essayant de leur décrire ce c’était de connaître plusieurs langues romanes différentes, l’arithmétique et l’échelle immense de l’univers” (page 118 version française)

  10. kbld le 03 Oct 2013 à 12:43 10

    Concernant la vidéo, il ne faut pas oublier qu’Eben Alexander considère qu’il est allé au « paradis » et donc parle uniquement du perfectionnement de l’âme par des retours successifs sur Terre (« it involves many lifetimes to ascend to that highest level » à 8’13″). Cela correspond à la modalité unitive du perfectionnement.
    Mais, selon Ostad Elahi, c’est plutôt un « intermonde » que l’on rejoint après la mort, dans lequel la progression est possible. C’est la modalité transpositionnelle. Donc, selon sa pensée, le perfectionnement spirituel se fait sur Terre mais peut aussi se faire dans l’intermonde (si, au préalable, on a acquis sur Terre une connaissance suffisante pour être capable de rester là-bas et de comprendre ce qui s’y passe). (V. La spiritualité est une science, p. 166ss).
    D’ailleurs, on peut largement penser que ce qu’Eben Alexander appelle « paradis » correspond dans la pensée d’Ostad Elahi à ce qu’il appelle l’intermonde (« barzakh », on a aussi désigné ce lieu par d’autres expressions).

  11. KLR le 03 Oct 2013 à 21:31 11

    J’ai lu récemment ce livre et cela a donné lieu pour moi à une petite expérience spirituelle:
    J’avais lu par le passé le livre de R. Moody et cela m’avait beaucoup intéressé et réchauffée…
    Lorsque j’ai abordé le livre du Professeur Alexander, j’ai été un peu agacée par l’enrobage assez américanisé car je m’attendais à un discours plus scientifique… J’ai d’abord pensé que j’allais avoir du mal à continuer ma lecture. Je me suis vue alors en proie à des manifestations du soi impérieux telles que l’intolérance et surtout le fameux supérioritisme dont parle le Professeur Elahi dans l’extrait de conférence “La spiritualité in vivo” que l’on peut voir sur ce site.

    J’ai donc essayé de lutter contre mes pensées négatives, et décidé de continuer la lecture, en me raisonnant sur mes critiques et en essayant de voir les points positifs du livre.
    Un soir en lisant, j’ai vraiment eu le sentiment que ce livre rendait l’autre monde palpable. J’avais la sensation qu’il constituait une véritable preuve et que l’autre monde était là à portée de main. C’était assez fort !

    j’ai beaucoup aimé la vidéo du Dr Alexander: la justesse de certaine expression comme “le costume” à propos des vies successives, ou les gestes qu’il évoque pour les plongée dans une nouvelle vie…

  12. Cogitons le 03 Oct 2013 à 23:49 12

    Titre pour le moins maladroit. Surtout de la part d’un “scientifique”. Car de preuve, dans cet ouvrage, il n’y a pas. Ou alors, il faut redéfinir le terme.
    Bon, mettons ce titre sur le compte d’un éditeur empressé, comme il se doit, de vendre par wagons. Laissons de côté les visions papillonnesques qui me semblent un tantinet mièvres. Ah… qu’il est doux de voler sur les ailes d’un butterfly géant en compagnie d’une sublime inconnue…

    Mais que dire de la vente de croisières:
    http://www.lifebeyonddeath.net/sites/default/files/Crete_Life_Death_Beyond.pdf
    de bracelets:
    http://www.etsy.com/shop/AllisWellJewelry
    de cassettes de méditation et autres:
    http://www.lifebeyonddeath.net/next-steps-proof-heaven-delving-mysteries-consciousness
    bref, de tout le business qui va avec ?

    Pour moi, sentiment de malaise. Car la spiritualité vraie (à mon sens et s’il y a une telle chose) et le business, c’est comme l’huile et l’eau: ça ne se mélange pas. Et quand je vois un tel mélange, qui fleure bon un New Age éculé, mon alarme se déclenche.

    Mais sans doute suis-je excessivement sceptique. Mauvaise langue. Sans doute a-t-il fait don des revenus de son livre et du business dérivé à des organismes humanitaires et autres. Sans doute est-il pris dans un tourbillon qui le dépasse.

    Sans doute.

  13. Blanche le 04 Oct 2013 à 2:16 13

    ce n’est pas un commentaire, mais une question à Alain :

    Tout en remerciant Alain de son éclairage sur le livre et de ses commentaires suivants, je souhaiterais lui demander de souligner ce qui, d’après lui, fait l’intérêt supplémentaire du livre du Dr Alexander Eben par rapport aux autres nombreux témoignages sur les NDE ? est- ce le fait qu’il soit un scientifique reconnu dans son domaine, les neurosciences, et que de tels témoignages pourront faire avancer les recherches scientifiques dans cette direction ? etait-il croyant avant son expérience ? Merci beaucoup

  14. kbld le 04 Oct 2013 à 13:14 14

    @Cogitons

    Personnellement, si j’ai exprimé mon désaccord avec l’utilisation par le Professeur Charbonier du mot “preuve”, selon moi à outrance, je pense ici le contraire. Physiquement, si on s’en tient à la théorie nihiliste, ce qui lui est arrivé est absolument impossible. Or, personne ne conteste le fait que c’est arrivé.
    Bien sûr, je vous accorde que parler de ‘preuve du paradis”, c’est aller vite en besogne. Mais il s’agit indéniablement d’une preuve que la conscience n’est pas l’émanation du cerveau mais d’une âme (on peut l’appeler comme on veut, il s’agit en tout cas de quelque chose qui dépasse notre corporalité et qui est réellement nous, le Soi), qui elle est alors prouvée (évidemment, ce ne sont pas les caractères prédéfinis qui sont prouvés, mais son existence de laquelle découle des caractères).

    Je suis aussi d’accord avec vous pour le reste. Il est vrai que si on se met dans le contexte états-unien, le risque qu’il ne contrôle plus rien est réel, et alors que cela le décrédibilise, même si la communauté scientifique devra alors normalement faire la part des choses entre ce qui émane de lui et le reste. Il me semble qu’à ce niveau-là, “ce ne sont plus nos oignions” mais les siens…
    Pour le côté non plus scientifique mais spirituel, il faut pour nous-même la part des choses, et il est toujours bon de connaître les dérives, je vous remercie à cet égard. Parce qu’Eben Alexander insiste par exemple sur l’amour, mais on peut faire dire tout et n’importe quoi à ce mot. Les auteurs des EMI eux-mêmes peuvent être amenés à faire leur propre interprétation de ce qu’ils ont vu, et là, cela peut devenir dangereux pour les autres, qui d’ailleurs vont à leur tour interpréter tout, non pas de manière scientifique, c’est-à-dire en recherchant ce qui est de manière réellement rationnelle (paradoxalement, il suffit souvent que quelqu’un soient athée pour qu’il se considère comme rationnel de ce fait), mais en « recherchant » ce qu’ils aimeraient qu’il soit. C’est le risque du retour d’un « piece and love » version XXIe siècle.
    Mais on peut espérer que la communauté scientifique gardera les pieds sur Terre et avancera réellement scientifiquement. Même si, pour cela, il faut que beaucoup de chercheurs arrêtent de les avoir sous terre et aient un réel esprit scientifique (je parle de ceux qui coûte que coûte nient toute preuve d’un au-delà par pur dogmatisme), car l’habit (le titre ici) ne fait pas le moine. Alors, on avancera. Et il y a de quoi être optimiste…

  15. A. le 08 Oct 2013 à 6:39 15

    @Blanche
    En attendant qu’Alain réponde à vos questions, je me permets d’apporter quelques éléments. Ce qui rend l’expérience du Dr Alexander unique et le fait que c’est un scientifique reconnu mais surtout la profondeur de son expérience.

    Il faut rappeler que l’expérience du Dr Alexander est unique (d’après ce qu’il nous dit) à cause du fait qu’il avait oublié certains aspects clefs sur soi-même, comme par exemple ses liens familiaux (page 113 de la version française), et l’auteur croit que cela lui a été bénéfique lui permettant de voyager très loin vers des mondes bien au-delà de celui-ci sans se préoccuper de ce qu’il laissait derrière lui.

    Par ailleurs, le Dr Raymond Moody, la première personne à avoir publié une étude sur les expériences de mort imminente, qualifie le récit du Dr Alexander de la manière suivante : « l’expérience de mort imminente du Dr Eben Alexander est la plus étonnante que je n’ai jamais entendue pendant plus de 40 ans de travail de recherche de ce phénomène … l’un des fleurons des toutes les NDEs … le Dr Alexander est la preuve vivante d’une vie après la mort »

  16. A. le 08 Oct 2013 à 7:22 16

    @Blanche EST- CE LE FAIT QU’IL SOIT UN SCIENTIFIQUE RECONNU DANS SON DOMAINE, LES NEUROSCIENCES, ET QUE DE TELS TEMOIGNAGES POURRONT FAIRE AVANCER LES RECHERCHES SCIENTIFIQUES DANS CETTE DIRECTION ?

    Non, je dirais plutôt que son témoignage touche certaines personnes mais la communauté scientifique reste sceptique (voir mes commentaires précédents). Pour convaincre cette communauté il faut qu’il y ait des mesures objectives, vérifiables. Cela n’est pas impossible, parce que certaines personnes qui ont une EMI, par exemple pendant un arrêt cardiaque, décrivent ce qui se passe pendant cet arrêt. On qualifie ces expériences de véridiques parce que les sujets décrivent les événements qui se sont produits pendant leur arrêt – p.ex. une équipe de réanimation est intervenue, on leur a fait un électrochoc, on leur a fait des injections d’épinéphrine .. etc tout cela pendant que leur cerveau ne donnaient aucun signe de vie.

    Jusqu’à aujourd’hui ces récits, bien que fréquents, ont été anecdotiques. Cependant il y a une étude en cours (étude AWARE ) dont l’objectif est d’étudier ces expériences de manière objective et rigoureuse.

    Il s’agit d’un essai multicentrique qui est en cours dans environ 25 hôpitaux aux Etas Unis et (surtout) en Grande Bretagne. Dans le cadre de cet essai on étudie des patients réanimés après un arrêt cardiaque (le fait qu’ils aient eu un arrêt cardiaque implique qu’ils sont morts cliniquement pendant une certaine période). Les objectifs de l’essai sont multiples :

    • Vérifier, par le biais de « tests de conscience » la réalité/l’objectivité des affirmations de ces patients qui disent avoir “pu voir” pendant l’arrêt cardiaque. Ces tests utilisent des images suspendues au plafond et tournées vers le plafond. Ces images servent de « tests de conscience » puisqu’elles ne sont visibles que par « quelqu’un se trouvant au dessus » et elles ne sont donc pas visibles par le personnel médical et par le patient (qui se trouvent en dessous).

    • vérifier si le fait d’avoir eu des expériences cognitives pendant l’arrêt cardiaque est corrélé (ou non) à une meilleure procédure de réanimation qui aurait permis au cerveau d’être mieux perfusé. Pour cela les médecins utilisent un dispositif (non-invasif) d’oxymétrie qui permet de mesurer la concentration en oxygène par le biais des ondes infra rouges émise au niveau du front du patient. Ce dispositif devrait permettre de mesurer en temps réel la qualité de la perfusion cérébrale et donc aussi la qualité de la procédure/technique de réanimation utilisée.

    • Vérifier si ces expériences cognitives sont corrélées à un bénéfice psychologique sur le long terme (diminution de l’incidence de la dépression, etc..).

    • Vérifier si ces expériences cognitives sont corrélées à des changements comportementaux positifs sur le long terme, comme le fait d’être plus empathique, plus altruiste envers sa famille etc..

    Pour conclure, si cette étude devait démontrer que les patients, après réanimation, se souvenaient d’une de ces images, alors même que leurs corps étaient inanimés (arrêt cardiaque !) cela permettrait de conclure que la conscience survit à la mort cérébrale du moins pendant la toute première période (donnant ainsi de la crédibilité aux récits de EMIs).

    Si vous souhaitez en savoir d’avantage sur l’étude, le lien du site en anglais est http://www.horizonresearch.org/main_page.php?cat_id=38

    Cognitif = en relation aux processus de connaître, formuler des jugements, raisonner, percevoir, et être conscient

  17. BP le 10 Oct 2013 à 1:50 17

    Le “concept” d’une réalité bien plus réelle que celle dans laquelle nous avons l’habitude de vivre sur terre m’a toujours profondément touchée.
    Je ne saurais pas dire pourquoi et comment, mais le fait de penser a cette réalité vraie éveille en moi un sentiment indescriptible de vécu, comme si sans comprendre réellement de quoi il s’agit (avec ma conscience humaine limitée), mon cœur ressentai cette réalité au plus profond de lui même.

    C’est un très bel article, merci

  18. Cogitons le 11 Oct 2013 à 4:33 18

    @kbld:
    « Physiquement, si on s’en tient à la théorie nihiliste, ce qui lui est arrivé est absolument impossible. »
    – Nihiliste ? Je ne comprends pas bien ce qu’est la “théorie nihiliste” ?
    – Impossible ? En quoi ? Quelle preuve avons nous que ce qu’il relate correspond à une expérience objectivement réelle, et non à une fantaisie psycho-neurologique ?

    Car il semble bien qu’il y ait de nombreuses inexactitudes dans les descriptions rapportés par le Dr Alexander sur les circonstances de son entrée et de son maintien dans le coma: non pas un coma engendré par une infection bactérienne, comme il le prétend, mais induit par les médecins, et maintenu artificiellement pendant des jours entiers. Non pas une absence totale d’activité cérébrale, mais dès que la dose d’anesthésiant était réduite, un réveil et un état conscient délirant.
    C’est ce qu’a révélé le médecin anesthésiant lui-même:
    http://www.theatlanticwire.com/entertainment/2013/07/proof-heaven-author-debunked/66772/

    J’aime beaucoup les papillons, mais il me semble qu’une certaine prudence s’impose.

  19. kbld le 11 Oct 2013 à 22:26 19

    J’employais « nihilisme » au sens où Henry Corbin le faisait. Il désignait par là le « nihilisme métaphysique » et renvoyait au « refus de ‘reconnaître’ quelque réalité transcendant l’horizon empirique et les certitudes rationnelles » (V. sa conférence « De la théologie apophatique comme antidote du nihilisme »). J’ajouterais pour ma part (pour préciser cette très courte citation, je ne pense pas être ici en contradiction avec sa pensée) que l’empirisme et la raison dont il parle, c’est uniquement celles qui sont matérielles, car l’autre monde est bien palpable et la raison peut passer à un autre stade que celui de l’animal-humain et appréhender les choses de l’autre monde.
    Je préfère ce mot à athéisme, car un athée peut croire en l’au-delà, et même, sans le savoir, en Dieu… « Athéisme » est trop contingent de ce que l’on assimile à ce « Dieu » auquel on ne croit pas.

    Il semble que vous voulez croire, mais que vous mettez toute votre énergie à repousser l’échéance. Comme si vous avez intériorisé l’atmosphère culpabilisante ambiante. Cela ne marchera jamais comme cela, il faut sauter le pas à un moment ou un autre.
    J’écris cela car la disproportion avec laquelle vous traitez les informations est flagrante. Ici, il y a toute une argumentation, un livre très détaillé et argumenté, autour de lui toute une série d’études qui se développent de plus en plus. C’est un neurochirurgien très reconnu à travers le monde et qui a enseigné à Harvard pendant 15 ans. Etc. etc. etc. (et vraiment il y a beaucoup à dire sur sa crédibilité, on trouve tout cela un peu partout, et aussi dans son livre).
    Mais vous, vous allez chercher tout ce qui peut être dit en sens contraire, et vous tombez sur ces quelques phrases de rien du tout trouvée sur internet, et ça y est, vous parlez de « nombreuses inexactitudes », de « révélation »…
    J’ai recherché qui étaient ces gens. Aucune trace de diplôme en médecine. Ce sont des journalistes, qui prétendent être sérieux face à quelqu’un avec le savoir, l’expérience et les aptitudes médicales d’Eben Alexander. Ce sont des apprenti-sorciers, rien de plus. L’article complet s’appelle d’ailleurs « The Prophet » : c’est satirique et non scientifique ! Ils ont leur idée préconçue, veulent faire du chiffre en se donnant l’air scientifique (car bien sûr, quoi de plus scientifique pour le grand public que de dire que science et foi sont incompatibles) et utilisent quelques phrases de Laura Potter (bien rapportées, vous pensez ?) pour leur faire dire n’importe quoi.
    Et vous écrivez que ces gens-là remettent en cause la crédibilité de l’histoire du neurochirurgien universitaire renommé qu’est Eben Alexander ?! Serait-ce de la peur plus encore que de la mauvaise foi? Comme si, pour vous rassurer sur votre rationalité, il faut absolument que vous vous montriez à vous-même que vous n’êtes pas trop pour la théorie d’un au-delà, à force que le monde nous fait assimiler cela à rationalité. Mais le nihilisme est une absurdité, c’est tout.

    Je signale d’ailleurs que Laura Potter n’est pas anesthésiste, mais urgentiste et que c’est elle qui a dirigé toutes les opérations.
    Je vous répondrai tout de même sur le fond. Si ces journalistes disent vrais sur les dires de Dr. Potter, il faut savoir ce que veut dire « conscient ». Si vous aviez lu le livre, vous verriez qu’avant de tomber dans le coma, Eben Alexander avait déjà quitté son corps, qui n’était pas inerte pour autant. Si on appelle ça « conscious but delirous », alors c’est la conscience d’un bonobo et non d’un être humain avec une âme. Que son corps soit sorti du coma à un moment ou un autre ne change rien, c’est l’état dans lequel était son cortex pendant tout ce temps qui est la preuve que sa conscience venait d’autre chose.

    Vous parlez de prudence, mais c’est vous qui ne l’êtes pas. Être prudent aujourd’hui, c’est accepter au minimum que l’hypothèse scientifiquement la plus probable est l’existence d’un au-delà, de quelque chose qui dépasse la matière (celle que nous palpons aisément).
    Je dis cela, et pourtant vous avez lu ma critique sévère des dires du docteur Charbonnier. Mais ici, c’est indéniablement différent. Et toutes les réponses à vos questions se trouvent dans son livre ou sur internet, faites juste l’effort de les lire.

    Il faut arrêter d’avoir peur, de culpabiliser d’être croyant. La majorité avait tort au temps où Galilée disait que la Terre tournait autour du soleil, la majorité nihiliste a tort aujourd’hui.
    « Vous savez, chacun est libre de penser comme il veut, et de se comporter comme il veut, et de croire comme il veut ». Je ne dis pas de forcer qui que ce soit, mais de ne pas se laisser marcher les pieds intellectuellement par ceux qui ont tort mais ont de gros bras (intellectuels). Je suis croyant et c’est ma plus grande fierté. Ceux qui veulent ridiculiser cette pensée ou la faire passer pour irrationnelle ne m’impressionnent pas. Et ce n’est pas que devant mon ordinateur que je le dis.

  20. MKN le 14 Oct 2013 à 13:14 20

    @ Cogitons et kbld,
    L’anesthésiste ou l’urgentiste (ie Dr Potter) qui a endormit et réveillé le bon Dr Alexander se tire une balle dans les pieds. Les éditoriaux du journal en question (référencé ci-dessus par Cogitons) ne l’ont pas relevé. Explication :
    Elle dit qu’elle a du endormir le Dr car il était complétement confus et délirant. Il semble par ailleurs que le réveil était agité et que le patient (Dr Eben) était confus. Entre temps, il était dans le coma. Et ce qui est vrai, le coma était induit par les anesthésiants. Le coma ne semble donc pas induit par la méningite. C’est là où le Dr Alexender n’est pas précis, mais je n’ai pas lu son livre. Imaginons qu’il soit dans le coma en raison de la méningite, cela ne veut pas dire que le cerveau ne fonctionne plus. Un ver de terre arrive à vivre sans cerveau!
    En tous cas, l’anesthésiste dit que le Dr Eben était confus ce qui veut dire que son cortex cérébral ne marchait pas. Or le cortex fait qu’on est cohérent et “intelligent”, ce n’est pas le cortex qui rend éveillé et vigilant.
    En résumé :
    – Avant l’induction du coma artificiel, le Dr Alexander était confus (donc atteinte du cortex)
    – Pendant le coma “chimioinduit”, le Dr Alexander était endormi avec pas mal de bactérie et d’inflammation dans son cortex
    – Après le levé de la “chimioinduction”, le Dr Alexander serait toujours confus, avec encore de l’inflammation dans son cortex.
    Alors comment avec cette atteinte corticale, il a pu avoir un récit aussi clair.
    Deux hypothèses :
    1- la pensée “rationnelle et logique” fonctionne indépendamment du cortex cérébral. Du coup le Dr Potter vient apporter la preuve que l’expérience de mort imminente ne se fait ni avant et ni après la souffrance cérébrale.
    2- le Dr Alexander est un grand romancier opportuniste, mais pour cela il faut voir ses antécédents. Si les journalistes américains n’ont trouvé que le Dr Potter pour décrédibiliser le Dr Alexander, c’est qu’ils n’ont rien trouvé d’autre de suspect.

  21. Wilhelm le 14 Oct 2013 à 19:25 21

    La part la plus surprenante des commentaires de MKN vient du fait qu’il précise qu’il n’a pas lu le livre du Pr. Eben.
    Donc MKN se livre à une exégèse de commentaires faits sur le livre par des tiers journalistes pour nier la véracité d’un livre qu’il n’a pas lu…

  22. kbld le 14 Oct 2013 à 23:20 22

    Il me semble que MKN essaye au contraire d’écrire en faveur d’Eben Alexander… Mais il est vrai que dire d’un auteur qu’il n’est « pas précis » sans avoir lu est quelque peu étrange.
    Mais surtout, MKN, vous écrivez comme si Laura Potter (elle est bien urgentiste) essayait de décrédibiliser Eben Alexander, ce qui se semble pas être pas le cas, en tout cas d’après ce qui est rapporté. Un journaliste lui a posé une question, elle a répondu, c’est tout. Encore une fois (V. com. n°19), ces gens ont fait du journalisme bas de gamme.

  23. MH le 19 Oct 2013 à 11:28 23

    Ce livre est incroyable… Moi qui lit tout ce qui concerne les NDE (enfin, les EMI) depuis le livre de Raymond Moody, l’expérience de ce neurochirurgien est la plus étonnante et la plus marquante.
    J’ai comme l’impression que si cette expérience est arrivée à un scientifique, expert du cerveau, qui était dans le coma et atteint JUSTEMENT d’une méningite très grave, donc dont le cortex était H.S., ce n’est pas anodin, mais qu’il s’agit de LA personne qui peut le mieux témoigner!
    Et son livre est extrêmement bien détaillé… je l’ai lu d’une traite, les larmes aux yeux, souvent… et la fin est encore plus poignante!

  24. ATIG le 20 Oct 2013 à 12:28 24

    Merci pour ce compte rendu précis et complet. Après cette expérience vécue par un scientifique, peut on encore nier l’existence d’une autre dimension et d’une conscience qui dépasse largement les limites physiques et biologiques de notre cerveau?

  25. Coco le 07 Feb 2014 à 19:07 25

    Oui j’y crois PCQ j’ai fait des voyages astrals et il y a plusieurs mondes

    Merci de partager avec nous docteur votre expérience

    Christine charette

  26. danielle le 27 Apr 2014 à 19:09 26

    L’après-vie est pour moi une évidence : traité par un neurochirurgien, cela revêt un intérêt particulier. Toutefois, un problème me met mal à l’aise : comment ce Dieu d’un amour incommensurable traite t’Il en finale le problème du mal à la base nécessaire à l’homme ? Les boureaux et les victimes seront-ils indifféremment accueillis de la même manière par ce Dieu aimant ? Aucune justice ne sera t’elle rendue ni sur la terre, ni dans le paradis ? Le mal sera t’il donc toujours présent dans le paradis ? Est-ce là le gage d’une vraie paix ? Dans son livre Eben ALEXANDER présente le Christ prenant son repas avec ses amis, symbole de l’ amour divin : Mais que signifie le Christ crucifié ? J’aurais souhaité qu’au travers de sa recherche sur l’après-vie, Eben ALEXANDER aille plus loin dans la connaissance de “OM” et de ce qu’est la conscience.

  27. Jean le 11 Nov 2014 à 16:20 27

    Peut-être voir en complément cette analyse critique des EMI d’un point de vue chrétien :

    http://reflexionsjesus.wordpress.com/2013/01/02/les-experiences-de-mort-imminente-emi/

  28. Alice le 29 Apr 2015 à 11:30 28

    Une simple question.
    Le Dr Alexander a-t-il eu connaissance du pourquoi de notre existence.
    Pourquoi Dieu a-t-il eu besoin de nous créer ?

    1. kbld le 02 May 2015 à 15:50 28.1

      @Alice
      Il me semble que dans son second livre, The Map of Heaven, Eben Alexander répond règulièrement à cette question, notamment en mettant en avant la place de l’Amour dans cette question. Dans le premier ouvrage, il décrivait son EMI en la mettant en relation avec sa vie, dans ce second, il explique plutôt sa vision des choses depuis cette EMI.
      Mais n’oubliez pas qu’il ne se proclame pas prophète. Il cherche avant tout à montrer que la spiritualité réelle est en accord avec la réelle science, sans prétendre être la source de l’enseignement spirituel. C’est d’ailleurs un Chrétien convaincu.
      Le problème est où trouver une spiritualité réelle, et c’est pourquoi, faute de mieux, il rappelle une série d’idées réelles fondamentales du fait qu’il y a énormément de contre-vérités dites aujourd’hui au nom de la science ou de la religion. Mais ne vous attendez pas 1) à trouver la réponse à toutes les questions dans ses ouvrages 2) à trouver les réponses les plus complètes, puisque lui-même dit qu’il n’a vu que ce que le Divin a voulu lui montrer, et bien sûr avec sa compréhension qui n’est pas forcément parfaite.
      D’un autre côté, son honnêteté et son sérieux scientifique fait que l’on peut considérer ses ouvrages comme une bonne introduction à une spiritualité qui se veut objective et non dogmatique.

    2. rosa le 04 May 2015 à 0:08 28.2

      C’est une question intéressante. En toute logique, s’il y avait un “besoin” cela contredirait Ses attributs. Ce serait comme pour le soleil par exemple, qui n’a pas de “besoin” d’émettre sa lumière. Bien sûr pour le soleil, c’est naturel et involontaire. Pour le Créateur, cette émanation a lieu de par une volonté divine et est un don. Je le vois comme une grâce.

      1. rosa le 06 Feb 2016 à 14:31 28.2.1

        précision: je tire mon analyse de ce qu’écrit Ostad Elahi dans Connaissance de l’âme , notamment au troisième chapitre.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Connaissance_de_l'%C3%A2me

    3. kbld le 18 May 2015 à 10:12 28.3

      @Alice @rosa
      Effectivement, rosa a raison, Eben Alexander parle de la question du “pourquoi la Création ?” et non de “pourquoi Dieu a-t-il eu “besoin” de créer ?”, ce besoin n’ayant jamais existé.

  29. Bulbo75 le 12 Aug 2015 à 14:52 29

    Il y a dans chaque coeur un vide en forme de Dieu….Je suis de plus en plus en accord avec cette phrase…

  30. gnostique le 19 Aug 2015 à 21:28 30

    Pour ceux que ça intéresse, je vous suggère de lire ” Du cerveau à Dieu ” de dr. Mario Beauregard, neuro-scientifique qui s’intéresse, grâce aux nouvelles possibilités de l’imagerie médicale, à démontrer que l’esprit n’est pas le cerveau, en opposition à ce qu’avance la communauté scientifique matérialiste.

  31. alexandre le 05 Feb 2016 à 5:56 31

    Nous sommes tous Un, Jésus l’a enseigné – Jean 10/38; 14/20.- Ce que vous ferez au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le ferez » (Mat. 25, 40)

  32. Max le 01 Feb 2017 à 23:03 32

    Léger souci avec Eben Alexander.
    Son neocortex n’a jamais été hors d’usage il ment.
    Chuck le collègue du parachute en dessous, réfute aussi…
    Ca n’enlève rien au beau témoignage de Alexander, qui relève de l’hallucination dissociée, mais cet homme est malhonnête.
    Le dr Potter qui la soigné à refusé de cautionner.
    Alexander refuse de publier le dossier médical.
    Renseignez-vous.

Url de rétrolien | S'abonner aux commentaires de cette page

Déposer un commentaire

Les commentaires de ce site sont modérés et ne seront donc visibles aux autres lecteurs qu'une fois validés
Rappel des mentions légales

e-ostadelahi.fr | © 2017 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact