111 Votez

Le droit à la guidance divine : comment l’actualiser ? Débat

Par , le 7 Feb. 2016, dans la catégorie Articles - Imprimer ce document Imprimer - English version

GPS

Ce que l’homme est, il ne l’est pas d’emblée. Doués de raison et de libre arbitre, nous avons le devoir de faire advenir notre humanité en nous engageant activement dans notre perfectionnement spirituel. Mais pour orienter nos efforts dans le sens d’un perfectionnement réel, nous avons besoin d’un carnet de route nous indiquant la direction à suivre et la manière concrète de nous y rendre. Ostad Elahi parle à ce sujet d’un droit à la guidance divine, droit qui découle directement du devoir qui nous est fait de nous perfectionner. Dans ce ce qui suit, nous vous proposons, à partir d’une situation fictive, de réfléchir à ce que signifie ce droit à la guidance et à la façon dont nous pourrions concrètement bénéficier de ce droit.

Vous discutez avec quelques amis de ce droit à la guidance, et chacun en tire des conclusions tout à fait différentes, tout en vous interpellant sur le sujet :

  1. Charles, très satisfait de trouver ici la confirmation de ce qu’il a toujours pensé, se dit prêt à recevoir cette guidance : il l’attend de pied ferme car c’est un droit légitime. Lorsqu’elle se manifestera, il la reconnaîtra et l’acceptera. « Mais je me demande bien, quand même, quelle forme elle prendra. »
  2. Adam pense avoir déjà une certaine expérience dans le domaine : il raconte qu’il a déjà beaucoup cherché cette guidance mais qu’à chaque fois qu’il pensait toucher au but, quelque chose le faisait douter et reprendre sa quête. Il se demande comment continuer maintenant, par où « recommencer à zéro pour de bon ».
  3. Lisa n’est pas d’accord. Ce n’est pour elle ni productif d’attendre que quelque chose arrive de l’extérieur et bouleverse notre vie quotidienne, ni utile de chercher ce bouleversement en parcourant le monde : c’est en soi-même que chacun trouvera cette guidance. Mais il faut être prêt. Comment ? « C’est là que ça se complique ».
  4. Chloé a été dégoûtée il y a bien longtemps de ces idées par une éducation religieuse dogmatique, et ne se posait plus trop de questions jusqu’à cette conversation… Elle voudrait bien trouver des réponses, mais vu l’état du monde actuel, elle se demande de plus en plus si elles existent vraiment quelque part : en résumé « y a-t-il encore un abonné au numéro demandé ? ».

Quel est votre avis ?

Si vous accédez à cet article depuis l’application mobile, cliquez ici pour participer au sondage.

1. Vous sentez-vous proche ou avez-vous déjà été proche de tout ou partie de l'état d'esprit de l’une de ces personnes ?

Accès direct aux résultats si vous avez déjà voté

2. Que pensez-vous de leurs conclusions ? Que répondriez-vous à chacun de vos amis, et en particulier que leur suggéreriez-vous de faire ?

3. Rien ne permet d’exclure que ces quatre personnes aient déjà été mises en relation avec la guidance divine. On pourrait même raisonnablement penser qu’elles l’ont déjà été à plusieurs reprises, mais qu’elles ne l’ont pas identifiée comme telle, ou ne l’ont pas suivie… À votre avis, pourquoi ? Quels sont les éléments qui peuvent nous conduire à ne pas reconnaître la guidance divine, ou à ne pas accepter de la suivre lorsqu’elle se présente ?


Consulter également :


Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Revenir en haut

42 commentaires

  1. Francois le 07 Feb 2016 à 15:25 1

    Merci pour cet exercice qui permet de se poser des questions sur une notion importante qui est la guidance et quels droits et devoirs nous incombent. Un élément qui permet de se priver de la guidance divine à mon sens est nos préjugés, qui sont conditionnés par notre éducation de pensée. La grande question est comment combattre ces préjugés pour voir la Vérité?

    1. Bouboulina le 07 Feb 2016 à 18:30 1.1

      Commencer par admettre qu’une chose n’est pas vraie du seul fait que je la pense 🙂

      1. mike le 11 Mar 2016 à 1:15 1.1.1

        c’est vrai on est absolument tous dans ce cas, ce qui crée bien des désordres sociaux et des blocages internes; c’est pour cela qu’il faut se brûler les doigts dans la mise en pratique des fondements et ne pas voir qu’en surface (ce qui nourrit la haute idée qu’on a de soi et renforce nos préjugés); c’est dans l’expérimentation qu’on se va tromper et reconnaître ses propres limites et fautes, constater l’immensité de l’aide divine au quotidien et relativiser avec humilité notre vision des choses… c’est alors qu’on entrevoit un peu la Vérité au fil des années. On ne devient pas expert en mathématique sans efforts.

  2. Joseph locanda le 07 Feb 2016 à 17:35 2

    Intéressant…selon mon expérience, il y a deux points qui me semblent importants pour acquérir un droit à la guidance : la sincérité et la recherche de la vérité en demandant a l’Un de nous guider. Il est alors possible que nous ayons la grâce de bénéficier de la guidance. Le libre arbitre est essentiel au point de départ pour orienter notre pensée dans la bonne direction.

    1. angie le 08 Feb 2016 à 11:35 2.1

      Je suis d’acord: la sincérité et la recherche de la vérité sont deux élements essentiels pour que Dieu nous conduise vers la Vrai guidance

      1. Jonas le 10 Feb 2016 à 23:43 2.1.1

        Sincérité et recherche de vérité… C’est très intéressant mais il y a tant de personnes qui pensent [sincèrement] être dans ce cas ! C’est très facile à dire en théorie, mais répondriez vous cela à ces 4 personnes qui expriment [sincerement] devant vous leur point de vue ?
        Et c’est encore plus facile à affirmer en théorie si on pense avoir trouvé quelques vérités – et là encore, tant de personnes pensent [sincèrement] avoir trouvé la vérité…

      2. mike le 11 Mar 2016 à 1:30 2.1.2

        le point essentiel est la mise en pratique; celui qui bosse ne parle pas, il a mal, il lutte au quotidien pour réussir ou en tout cas faire l’effort de contrer ses pulsions négatives et développer son humanité; il est dans la prière en continu parce que c’est tellement dur qu’il sait que sans Lui il ne peut rien; donc Jonas a raison tout le monde est dans la théorie et croit réussir; l’Un nous guide de toute façon puisque c’est un droit; c’est notre vision des choses et notre égocentrisme qui nous font penser le contraire (Ah mais si Dieu existait telle chose ne serait pas comme si ou comme ça etc.); la sincérité et la recherche de la vérité ce sont concrètement la mise en pratique des principes éthiques et divins justes au quotidien et c’est dans l’effort que la lumière jaillit un moment donné. Tout se mérite finalement.

  3. juliette le 08 Feb 2016 à 10:36 3

    je pense que si nous avons vraiment soif de vérité, avec sincérité, que si nous tournons notre attention vers le divin, sans rien attendre en contrepartie mais en ne voulant que Sa satisfaction, que si nous demandons Son aide avec humilité pour nous aider à parcourir notre route et faire ce qui est bien, en étant attentif aux signes de Sa générosité, sans doute nous aidera-t-Il.

  4. Jonas le 08 Feb 2016 à 10:56 4

    Charles est un peu trop sûr de lui. Droit “légitime” d’accord mais est ce que légitime ça veut dire que ça va arriver aussi simplement et sûrement ? D’ailleurs je ne comprends pas très bien cette notion de légitime : d’un côté on y aurait droit (puisque c’est légitime) mais d’un autre côté il semble qu’on y ait pas forcément accès non plus vu la dernière question qui suggère qu’on peut parfaitement passer à côté. Je lui dirais personnellement par bon sens qu’il se méfie de tant d’assurance, mais je ne saurais pas lui expliquer pourquoi.

    1. MH le 08 Feb 2016 à 14:13 4.1

      Je me suis trouvée dans le cas de Adam, puis de celui de Charles: à force de chercher, et de ne pas être satisfait, lorsqu’on trouve une voie qui nous semble légitime, on ne doute plus, c’est LA voie que l’on cherchait!
      Une voie qui correspond à nos attentes, qui répond à nos questions, cohérente: eh oui, dans ce cas on est sûr de soi! 😉

    2. Danielle le 08 Feb 2016 à 20:04 4.2

      Il y a une certaine naïveté dans cette façon de voir. Je trouve que Charles a une certaine intuition, mais est-ce-que ce droit légitime ça signifie que l’événement viendra à lui, qu’il n’a plus qu’à attendre en étant attentif. Il me semble qu’il faut être demandeur, chercher cette guidance divine et être entendu pour la recevoir.

      1. MH le 21 Feb 2016 à 12:50 4.2.1

        Bien sûr qu’il faut être “demandeur”…
        Il faut CHERCHER!!! ça n’arrive pas “comme ça”!
        Evidemment, on a l’impression que Charles n’a pas cherché: dans le texte il est écrit “il attend”… C’est sûr que ce n’est pas ainsi qu’on trouve!

  5. bolo le 08 Feb 2016 à 11:59 5

    C’est toujours le passage de la théorie à la pratique qui pose problème. Dans le monde matériel, si on ne voit pas les effets d’une action rapidement, on laisse tomber. Chercher la guidance à l’intérieur de soi est un processus facile à théoriser, mais extrêmement difficile à assimiler car la volonté est soumise à rude épreuve. La matérialité met une énorme pression pour nous détourner d’un effort quotidien d’introspection dont on ne voit pas immédiatement les retombées. Alors on peut être tenté d’attendre une aide extérieure, où se décourager.
    Mais ce qui est réconfortant, c’est que, même si on se sent misérable au quotidien dans le suivi de cette guidance, on peut tout de même en mesurer les effets sur un plus long terme. Avec un minimum de volonté on peut, je pense, arriver à ce point de “non retour” où l’on sait que cette guidance est la seule et l’unique à suivre

    1. mike le 10 Feb 2016 à 9:18 5.1

      oui c’est ça, on le voit au quotidien avec nos enfants et nous même, la pression matérielle est forte et renforce notre amnésie spirituelle; puis il arrive un déclic, une impulsion qui fait que l’on fait un choix, après il reste le problème de la mise en pratique qui nous permet de murir et poursuivre inlassablement dans la bonne direction avec une certaine auto motivation du chercheur qui avance progressivement.
      j’aime votre message hyper positif de ce non retour…
      au départ j’étais comme toi Chloé un peu perdu et ne sachant même plus si elle existe cette guidance mais avec une forme d’espoir en moi par éducation, puis on est un peu comme Adam, parce qu’on vit et que l’on rencontre des gens, des institutions, on suit sans vraiment suivre d’ailleurs car c’est théorique, des mouvements, des modes par pression médiatiques et matérielles (l’orient, le zen, la philo, une spiritualité sans Dieu, le self développement etc. etc), certains s’arrêtent, s’accrochent puis repartent, d’autres restent insatisfaits des réponses, pourquoi? déjà une certaines maturation intérieure?, d’autres parcourent le monde mais restent eux même partout où ils vont et sont finalement déçus ou s’accrochent à quelques idées pour survivre mentalement et ne pas déprimer et puis on comprends ce que Lisa dit qu’il faut chercher en soi même mais ne pas tomber dans le panneau de l’attentisme de Charles qui risque de s’épuiser et dans perdre la foi; finalement j’espère qu’au fil des années j’ai fait murir mon petit Mike et que je resterai lui même en toute humilité, ouvert aux autres, cherchant à les aider, à m’aider moi même en cherchant la source de mes problèmes en moi et plus chez les autres, travailler au quotidien en toute sincérité et sans attente extérieure, pour Son contentement, dans la mise en pratique des principes éthiques et divins justes, par devoir et parce que je sens que c’est dans cette direction qu’il faut garder le cap; je connais des hauts et des bas, la houle, la tempête mais on dirait que la foi se renforce, qu’une forme de certitude face au but de la vie se concrétise, qu’au delà du voyage intérieur il y a une terre d’accueil, je sens qu’un amour plus ou moins désintéressé me remplit progressivement au quotidien et que cette étape de non retour est franchie…c’est cela l’aide qu’on recherche, elle nous vient de l’intérieur; mais la lutte est permanente comme sur un bateau en mer, quelque fois je me sens misérable face à la force de la tempête (intérieure et extérieure), je crie à l’aide dans mon branle bas de combat, mais je ne baisse pas les bras et je me prépare à la bataille suivante en gardant le cap sur cette guidance qui représente l’aide extérieure; je me réconforte aussi en voyant pointer au loin dans la brume la lueur des frontons des bateaux amis…

  6. Ia le 08 Feb 2016 à 15:23 6

    Je comprends qu’un droit légitime est un droit auquel nous devons savoir que nous pouvons prétendre. Mais comme toute chose, il faut actualiser un potentiel. Il faut que je fasse quelque chose pour que ce droit se réalise où se manifeste. Je crois que dans ce cas il faut mériter ce droit ou se rendre “accepable” pour être en mesure de recevoir la guidance.
    Comme le dit Juliette par exemple, nos actions, faire ce qui est bien dit-elle, chercher sa satisfaction au quotidien, ce qui lui plait, c’est à dire le droit d’autrui, les actes désintéressés de gentillesse, nos devoirs au quotidien, matériels et spirituels…mais au cœur peut-être l’attention dialogue et la sincérité. Et alors oui, nous pouvons recevoir Sa guidance.
    Mais il me semble que parfois on peut être si enfumé par notre soi impérieux, notre fumée psychique que nous devenons imperméables, comme si on était sur une autre fréquence ou la guidance ne nous atteint pas. Peut être c’est ca, régler notre fréquence à pouvoir recevoir la guidance.
    Je sais que Dieu peut tout même quand je ne mérite pas…mais ça me fait peur parfois de passer à côté, de me faire happer par mon soi impérieux et que du coup même si je demande son aide, je ne l’entend pas.
    Sur le plan général, La Guidance, trouver le chemin juste et vrai à suivre dans sa vie; de par mon expérience je ne peut que dire que je cherchais. Mais c’est Lui qui a tout fait. C’est Lui qui a tout arrangé.
    Peut-être il faut chercher à agir pour être “acceptable” mais aussi savoir que Lui peut TOUT! De ne pas avoir peur.

  7. Charlotte le 09 Feb 2016 à 9:01 7

    Effectivement tout dépend de notre intention. Si on cherche vraiment à savoir quel est le sens de notre existence, pourquoi Dieu nous a créé, d’où on vient et où on va. Alors il faut demander sincérement l’aide de l’Un et laisser de côté nos préjugés et être attentif aux signes envoyés. C’est un droit légitime à partir du moment où je prends l’existence et j’ai le devoir de chercher Sa guidance.
    L’Un est toujours présent, bienveillant et généreux, nous a créés pour Le connaître et a mis à notre disposition les moyens pour cela. C’est à nous de faire l’effort, d’avoir cette volonté de chercher Son contentement et de se perfectionner, et puis tout dépendra de Lui.

  8. DD le 09 Feb 2016 à 9:59 8

    On peut à tout moment avoir des doutes passagers mais il me semble que si notre motivation est forte et si nous cherchons sincèrement à être guidés nous le serons automatiquement. J’entends par motivation chercher le sens de cette vie et des devoirs qui nous incombent en règle générale et plus particulièrement face à ce droit, et par sincérité être vigilant, ne pas se laisser détourner de notre quête et en tous les cas chercher par tous les moyens à avoir conscience de “qu’est ce qui nous anime?”. Si nous nous mettons en marche, nous verrons le chemin mais si nous attendons, même de pied ferme, nous serons incapable de voir plus loin!

  9. Wilhelm le 09 Feb 2016 à 10:28 9

    A mon avis, si on a la chance de trouver une Guidance authentique on se doit de ne pas la lâcher et de tout mettre en œuvre pour être digne de continuer à la recevoir. Le travail effectif sur soi, in vivo, est alors essentiel.
    Le reste tient en l’espoir ferme dans la Grâce Divine

  10. A. le 09 Feb 2016 à 15:04 10

    En re-lisant ce que pense Charles, j’ai l’impression que par guidance divine il entend la Vérité absolue, qui lui viendrait directement d’un envoyé divin. Mais très probablement nous sommes tous, assez souvent, confrontés à des petits bouts de guidance – comme par exemple lorsque un ami chrétien nous rappelle qu’il faut aimer son prochain comme soi-même, ou un autre ami musulman insiste qu’il faut se soumettre à la volonté divine ou tout simplement quelqu’un de la famille nous rappelle de saluer et remercier la femme de ménage (respect de son droit) etc.. Ce que je veux dire par là est que la guidance peut prendre différentes formes, adaptées au contexte et à la maturité de chacun

    1. DD le 14 Feb 2016 à 9:05 10.1

      Oui, effectivement je pense aussi que la guidance peut prendre plusieurs formes. Le problème est que nous avons des clichés ou des représentations qui nous empêchent d’être attentifs et réceptifs à tous Ses messages. Si on pense que la présence divine est aussi indispensable que l’air qu’on respire et forcément bienfaisante et bienveillante, dans tout ce qui nous entoure aussi bien qu’en soi on peut être guidé à condition d’être à l’écoute en toute sincérité et humilité comme le dit plus bas Joseph Locanda.
      L’ego est assurément notre pire ennemi et lui aussi a plus d’une forme pour nous duper nous faire douter et nous égarer .

    2. Bouboulina le 15 Feb 2016 à 13:52 10.2

      Je suis d’accord avec le fait que la guidance peut nous arriver à travers les événements de la vie quotidienne. En revanche, quand on est face à ce que l’on a envie d’interpréter comme un “signe”, comment savoir de quoi ce signe est le signe ? Comment être sûr qu’on interprète correctement ? Je me pose cette question suite à une discussion que j’ai eu dernièrement avec une amie. Elle a eu un signe lui indiquant qu’elle devait faire telle chose, et de mon côté, j’avais l’impression que ce signe lui indiquait de faire quelque chose qui allait à l’opposé. Est-ce que certains ici ont eu des expériences qu’ils pourraient partager ?

      1. Charlotte le 18 Feb 2016 à 0:59 10.2.1

        Tout dépend de notre sincérité et notre intention. L’Un agit avec nous comme nous agissons avec Lui et donc même si je comprends mal un signe, je crois en Sa clémence et qu’Il ne me laissera pas dévier. Le cas de chacun est différent.

      2. A. le 21 Feb 2016 à 8:46 10.2.2

        Comment être sûr qu’on interprète correctement ? Est-ce que certains ici ont eu des expériences qu’ils pourraient partager ?

        Par exemple quelqu’un pourrait se trouver dans la situation d’entendre le message suivant plusieurs fois dans la même journée (un film, et ensuite des amis etc…) “la vie est courte, il faut en profiter”. Si la personne est dominée par son égo elle se dira qu’il faut se faire plus plaisir même illicitement et ne pensera qu’aux plaisirs matériels (luxe, sexe, argent, pouvoir,…). Dans le cas contraire la personne se dira qu’il faut se préoccuper de sa vie après la mort et et elle se focalisera davantage sur tout ce qui est susceptible de lui apporter un avantage dans cet autre monde

      3. MH le 21 Feb 2016 à 17:56 10.2.3

        Je pense que c’est en éduquant notre pensée qu’elle pourra nous aider dans nos choix: si celle-ci est évoluée et saine, nous voyons les signes et les comprenons correctement; sinon, soit nous ne les voyons même pas, soit nous les comprenons et les interprétons de travers.
        C’est donc cette éducation de pensée que nous devons développer et améliorer sans arrêt.
        La guidance, c’est justement ce qui nous ouvre les yeux et nous certifie que notre interprétation est juste, correcte, va “dans le bon sens”.
        Enfin, je parle de la guidance authentique! car on peut aussi se tromper de guidance, se leurrer…

      4. mike le 09 Mar 2016 à 2:17 10.2.4

        mais les deux sont pas faux, comment peux tu être sûr que la compréhension du signe était la meilleure à tes yeux qu’aux yeux de l’autre?
        il y a quelques critères à suivre pour ne pas faire d’erreur irréversible (si le signe te dit de sauter d’un immeuble, ou de tuer qlq par ex), globalement tout signe qui va à l’inverse des principes éthiques et divins justes ne doit pas être très fructifiant à suivre pour mon âme mais dans la plupart des cas on peut choisir un chemin et développer sa réflexion par rapport à l’expérience vécue, (mais avec l’optimisme du chercheur et pas être râleur si cela ne marche pas comme on veut); c’est cela aussi apprendre à se connaître, il ne faut pas attendre la bouche ouverte que la nourriture tombe du bec de maman oiseau…

  11. Joseph locanda le 10 Feb 2016 à 0:34 11

    Comment passer à côté de la guidance divine? C’est assez facile, il suffit de laisser parler son ego et de suivre ses pulsions. Chaque fois que l’on rate une occasion, le Je est toujours là. Il faut travailler le Tu ou Sa satisfaction. Et pour cela il faut comprendre qui a besoin de Qui. L’Un se suffit à lui même, c’est nous qui avons besoin de Lui. Il vaut la peine d’être suivi car il est l’Un. Il faut apprendre à L’entendre, L’écouter à travers la voie de notre conscience, avec humilité, comme un enfant avec ses parents. Retrouver la sincérité d’un enfant en oubliant qui nous sommes dans cette vie terrestre.
    Il me semble aussi qu’avoir en perspective notre but et vouloir se projeter dans sa direction aide à saisir sa guidance.

    1. Danielle le 13 Mar 2016 à 13:36 11.1

      Comment ne pas passer à côté de la guidance divine ?
      “avoir en perspective notre but et vouloir se projeter dans sa direction aide à saisir sa guidance.”
      Il me semble que ces deux points apportent des réponses aux interrogations de Adam “quelque chose le faisait douter… par où « recommencer à zéro pour de bon », de Lisa, “c’est en soi-même que chacun trouvera cette guidance. Mais il faut être prêt. Comment ?”, de Chloé « y a-t-il encore un abonné au numéro demandé ? ».
      Il me semble que dans ce parcours, dans cette quête de guidance, chacun, chaque personne ressent à un moment donné, intérieurement un effet, comme lors d’une rencontre importante, essentielle. Une parole, un texte qui éclaire, c’est déjà “apprendre à L’entendre, L’écouter”.

  12. Atig le 10 Feb 2016 à 13:48 12

    Bonjour, Je pense que si Lisa se demande comment faire c’est qu’elle n’est peut-être pas encore entrée en phase de pratique?!
    Je pense que pour acquérir le droit à la guidance, il faudrait le demander de manière sincère sans excès, ni manque d’objectivité à la Source, à la divinité. Une fois rassuré de l’authenticité de la Guidance, il faudrait passer à la pratique (éthique, humanisme etc.).

    Bien cordialement,
    Atig

  13. KLR le 21 Feb 2016 à 21:45 13

    Au fond, si je fais bien attention, en regardant derrière moi, je vois qu’il y a toujours eu un fil qui m’a guidé dans la vie. Je me souviens très jeune d’avoir pensé que j’avais toujours de la chance. Et je me disais même : “si la chance s’en va, ça va être dur…”. Je voyais aussi certaines de mes amies, qui ne faisait pas toujours les bons choix, et qui du coup se mettaient dans des situations difficiles. Plus tard j’ai vu que c’était la Guidance qui avait toujours oeuvrée dans ma vie. Je suppose que tout les êtres humains qui sont les créatures de Dieu bénéficient ce cette Guidance sous différentes formes…Comment la voir ? il y a tellement de petits signes au quotidien qu’on ne voit pas…J’ai l’impression que plus on fortifie sa relation avec la Source, plus on a de gratitude, de sincérité et plus cette Guidance apparait présente.
    J’observe autour de moi des gens qui n’ont pas conscience de cette Guidance, mais qui ont développé une attitude de reconnaissance naturelle vis à vis de “la vie”, et pour qui l’on sent bien que la Guidance est présente et les aide dans leur choix. La gratitude me parait un élément clé, je ne sais pas si c’est juste ?

    1. mike le 09 Mar 2016 à 2:07 13.1

      la gratitude est une qualité divine qui se travaille effectivement et qui éclaire progressivement notre pensée et nous met dans une attitude de compréhension face à nos actes et aux signes que la Vie peut nous envoyer pour faire progresser et développer notre raison sainement.
      celui qui râle est dans une situation de blocage, de revendication qui augmente sa suffisance et son égocentrisme, donc assombrit sa vision intérieure et la lumière qui pourrait s’en dégager.. je l’ai vécu c’est dur et la douche est froide :))

  14. Chalotte le 23 Feb 2016 à 9:27 14

    J’ai constaté que lorsque nous nous soucions de notre avenir spirituel, que l’on s’engage dans le but du contentement divin et que l’on tourne notre attention vers l’Un et dialogue avec Lui, étant donné que l’Un nous demande de faire l’effort comme on peut, alors Lui s’occupe du résultat. Pour ma part, je me suis toujours référée à mon coeur et aux principes éthiques divins justes. Autant dire que cette voix de mon coeur ne m’a pas toujours répondu comme mon soi impérieux l’attendait. Cependant c’est apaisant et en la suivant j’obtiens souvent un résultat c’est à dire une meilleure connaissance de soi. Même si je me suis trompée dans l’interprétation il y a toujours un travail sur soi.

    1. MH le 27 Feb 2016 à 22:46 14.1

      Et comment être sûr d’agir selon le contentement divin?
      Il faut avoir une “tête bien faite”, une raison équilibrée, une pensée éduquée… ce qui nous permet d’avoir une bonne intuition, une raison qui nous certifie qu’on va “dans le bon sens”…
      ne pas se laisser leurrer par son soi impérieux, toujours si prompt à nous duper! sournois! insidieux!!!
      Je ne suis pas toujours sûre de moi et parfois, même si je fais ce “travail sur soi” comme vous dites, je doute vraiment de mon acte: ai-je écouté ma raison ou me suis-je laissée duper? Devais-je me “sacrifier”? Dur, dur…

  15. KLR le 29 Feb 2016 à 21:26 15

    Pour répondre à A. comment être sûr que l’on interprète correctement les signes que l’on reçoit…
    J’ai le sentiment qu’il faut quand même avoir un minimum de “soif” intérieur ou de “recherche” ou “quête” appelons-le comme on veut. A partir du moment où l’on est chercheur et que l’on se pose des questions telles que : comment m’améliorer ? comment devenir plus humain ? comment me rapprocher du divin ? alors on peut interpréter les signes que l’on reçoit comme des réponses de la Guidance. Quelquefois ces signes ne sont pas très agréables lorsqu’il s’agit de signes destinés à nous corriger : par exemple une critique d’un proche, d’un collègue ou d’un voisin. Mais si l’on oublie la personne qui le dit et que l’on pense que cela peut m’être utile pour m’améliorer, ou tout simplement que cela vient de Lui, ces signes sont très efficaces…
    D’autre signes sont de petits encouragements : lorsque l’on a fait des efforts sur soi et qu’il y a des effets positifs, ou de bons retours, ou quelque chose d’agréable qui nous arrive et que l’on sent bien que c’est lié à nos efforts, on ressent alors un sentiment de gratitude…

  16. cogitons le 01 Mar 2016 à 1:25 16

    Je suis un peu étonné que le débat semble partiellement se focaliser sur les ” signes “.
    Est-cela, la ” guidance “? Ou s’agit-il de la compréhension et de la mise en œuvre de principes de vie (les deux étant imbriquées) ? De la réflexion individuelle ou éventuellement collective, qui permet ensuite de tirer des enseignements et de repartir ? Quitte à se planter… c’est parfois excellent, et comme cela qu’on apprend.
    L’exemple de Bouboulina est involontairement très parlant : ” Elle a eu un signe lui indiquant qu’elle devait faire telle chose, et de mon côté, j’avais l’impression que ce signe lui indiquait de faire quelque chose qui allait à l’opposé. ” CQFD.
    Pour ma part, aveugle que je suis, je ne me risquerais pas à interpréter un ” signe ” pour autrui, et pour moi-même, seulement avec un certain scepticisme, sachant que ce n’est que cela, une interprétation, une projection de ma propre pensée sur un événement.
    J’enfonce sans doute une porte ouverte, mais mieux vaut donc, me semble-il et à mon petit niveau, faire fonctionner cet embryon de raison que de brandir et vouloir lire mon détecteur métaphysique. Mais peut-être ai-je tort.

    1. leo le 05 Mar 2016 à 20:48 16.1

      Je vous suis. Mais alors quels principes de vie adopter ? Chacun propose son principe, son enseignement, sa technique, etc…
      « C’est là que ça se complique » comme dirait Lisa.

      1. cogitons le 08 Mar 2016 à 19:26 16.1.1

        Il faudrait définir ce qui est entendu ici par ” guidance divine “.
        Et si tout était déjà là, les principes, énoncés depuis bien longtemps, ceux qu’on appelle ” vertus “, droiture, courage, tempérance, magnanimité, générosité, etc… notre but étant de devenir ” vertueux “, non sans un sens moralisateur, porte ouverte à toutes les bigoteries, mais dans le sens de ” noblesse “, comme mûrit le fruit, devenir ce qu’il y a de plus noble en l’humain.
        Ça se complique, certes, mais pas dans la théorie, pas dans la philosophie, pas dans la métaphysique; mais dans la pratique.
        Spéculer, c’est facile. Agir, c’est difficile.
        Et si, lorsqu’on se met en chemin, décidé à travailler sur l’un de ces points, nous faisions d’un seul coup attention aux ” messages ” que le monde nous renvoie ?
        Les messages existent, ils sont là, évidemment, puisque dans un monde de causes et d’effets, toutes nos actions provoquent des réactions. Rien de mystérieux là dedans. Nous voguons sur un océan de signaux et d’information.
        Devenant sensible à ce que nous dit le monde (les situations, les individus…) sur un sujet donné (notre courage, notre tempérance), parce que nous y portons notre attention, à l’écoute aussi de nous-mêmes (nos comportements, nos émotions, nos pensées…), nous recevons, ou plutôt, nous percevons la ” guidance “. Elle est là. Il suffit d’y prêter attention et de l’utiliser à bon escient, comme les barreaux d’une échelle, montant vers le ciel (un peu de lyrisme, ça fait pas d’mal).

      2. mike le 09 Mar 2016 à 1:56 16.1.2

        les principes éthiques et divins sont les mêmes depuis la nuit des temps, il faut se donner la peine de les rechercher dans leur plus simple énonciation et explication, puis les pratiquer et la lumière jaillit de l’intérieur sans suivre bêtement des techniques ou quelqu’un… nous devons devenir notre propre médecin de l’âme, ce qui n’empêche pas de confronter avec nos collègues les résultats de nos efforts.

    2. mike le 09 Mar 2016 à 1:59 16.2

      je pense que c’est juste il faut absolument mettre l’accent la dessus; faire vivre notre embryon de raison et le développer en le nourrissant correctement…

  17. leo le 09 Mar 2016 à 0:15 17

    Je veux dire, de façon plus générale, sur quels critères se baser ?

    1. cogitons le 11 Mar 2016 à 15:33 17.1

      Cher Leo, votre question est trop vague, me semble-t-il. Ou elle bute sur un problème qui n’en est pas un. Ou je ne la comprends pas.
      Y-a-t-il besoin de “critères” pour se dire, je préfère vivre en tentant d’être “droit” que “tordu” ? La droiture, donc, à la fourberie ? Courageux que lâche ? Généreux que radin? Bienveillant que malveillant? Altruiste qu’égoïste? Je vous laisse penser et compléter la liste. Sculpter mon être (j’aime bien cette image de “sculpture de soi”) dans le sens du “beau” et du “bien”?
      Ce sont des principes, me semble-t-il, disponibles à qui veut bien y réfléchir et s’y atteler.
      Avez-vous besoin qu’on vous indique lequel choisir et sur lequel travailler? Faut-il qu’un guide vous signale qu’il vaut mieux tendre vers la vertu que vers le “vice” (encore une fois, pas dans le sens moralisateur).
      Ou votre question relève-t-elle du domaine de l’exotérisme religieux ou de la “métaphysique”? En quel Dieu croire. Vers où prier, dans quelles position, et combien de fois par jour? Comment susciter un miracle qui règle tel ou tel problème dans ma vie? Comment m’assurer une place a paradis?
      Non que ces questions soient, de mon point de vue, sans importance. Je me les suis assez posées. Mais mieux vaut, à mon avis, et dans l’attente d’une réponse qui fasse sens pour nous, se mettre en chemin et agir sur les questions concrètes de la “sculpture de soi”, qui sont, elles, à notre portée, dans toute leur splendeur et leur difficulté…
      Mais peut-être suis-je royalement à côté de la plaque.
      Rien de ceci n’est facile. Et les questions métaphysiques, la question du sens, du “besoin” de “Dieu”, les demandes spirituelles qui relèvent de l’affect, tant qu’on n’y trouve pas de réponse, peuvent nous hanter et nous paralyser.

    2. mike le 12 Mar 2016 à 3:12 17.2

      je dirais tout simplement baser vous sur les critères universels, informez vous, ouvrez votre esprit à ce qui vous entoure, écoutez vous vous même, suivez votre propre conscience et confrontez vos expériences à la réalité des autres… tout un programme!

  18. mincou le 10 Jun 2016 à 12:14 18

    N’oubliez pas de remercier à chaque occasion le Divin !

Url de rétrolien | S'abonner aux commentaires de cette page

Déposer un commentaire

Les commentaires de ce site sont modérés et ne seront donc visibles aux autres lecteurs qu'une fois validés
Rappel des mentions légales

e-ostadelahi.fr | © 2017 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact