Résultats de recherche pour le tag "Vertu" - 7 réponse(s)

299 Votez

Humilité 4 – l’humilité est une force

Par , le 6 May. 2012, dans la catégorie Articles
Narcisse ou illusion de soi

Pourquoi être humble ?

Si l’humilité consiste à résister à la pression, que l’on devine puissante, de l’orgueil, elle demande nécessairement un effort. Et comme tout effort, elle a besoin d’une justification : après tout, si l’illusion d’un ego surdimensionné fait partie de ma nature fondamentale, et tant qu’elle reste dans les limites du raisonnable, pourquoi chercher à la faire disparaître, à supposer que cela soit possible ?

Lire la suite

24 commentaires | Lien permanent

269 Votez

Humilité 3 – Repérer en soi les caractéristiques de l’orgueil consubstantiel

Par , le 25 Mar. 2012, dans la catégorie Articles
Tout petit devant le cosmos

Comme tout caractère omniprésent et envahissant, l’orgueil consubstantiel est difficile à localiser. Il est pourtant possible de le repérer à partir d’un certain nombre de caractéristiques. Ces caractéristiques sont plus ou moins marquées selon les personnes, mais nul n’en est entièrement dépourvu. Il suffit de plonger en soi-même pour y retrouver, sous des formes parfois obscures, parfois subtiles ou détournées, des tendances lourdes qui s’expriment plus ou moins ouvertement en fonction des situations.

Lire la suite

34 commentaires | Lien permanent

300 Votez

Humilité 2 – Définition

Par , le 7 Feb. 2012, dans la catégorie Articles
étudiant prétentieux

L’humilité est la forme la plus aboutie de la connaissance de soi. Elle suppose une perception claire et lucide de ce l’on est réellement et de la place qu’on occupe dans le monde. Elle suppose de poser sur soi un regard neutre voire distancié : l’humilité, c’est aussi la capacité de se regarder avec humour.
Si l’on s’en réfère à l’article précédent, l’humilité peut également se définir comme le point d’articulation entre les deux modes du moi (psychosocial et métaphysique) : c’est reconnaître ma condition métaphysique (le « je ne suis rien ») alors même que je suis dans l’interaction sociale, au milieu des autres, comme les autres. J’ai conscience de mon insignifiance, alors même que je fais ce que j’ai à faire, qu’au besoin je défends mes droits et que je me fais respecter, portant à chaque instant en moi la “double pensée” dont parle Pascal.

Lire la suite

42 commentaires | Lien permanent

297 Votez

L’humilité 1 – De quel moi s’agit-il ?

Par , le 6 Jan. 2012, dans la catégorie Articles
panneaux moi

L’humilité, autrefois vertu cardinale, a perdu de son attrait dans nos esprits. Peut-être nous renvoie-t-elle inconsciemment à l’humiliation avec laquelle elle partage une racine commune : humus, la terre. Être humble, ce serait donc se rabaisser, rester à terre, courber l’échine : rien de bien attirant en somme.
Pourquoi s’interroger aujourd’hui sur ce concept et qu’a-t-il à nous apporter dans le cadre d’une pratique éthique ? Parce qu’il peut transformer dans un sens extrêmement bénéfique notre relation à nous-mêmes et aux autres.

Lire la suite

63 commentaires | Lien permanent

213 Votez

“L’art de la vertu” selon Benjamin Franklin: mode d’emploi

Par , le 28 Mar. 2011, dans la catégorie Lectures
Benjamin Franklin

De Benjamin Franklin (1706-1790), nous savons tous au moins qu’il inventa le paratonnerre. Mais cette icône américaine a plus d’une corde à son arc : imprimeur de métier, inventeur de génie, il fut aussi un businessman talentueux, un scientifique pionnier des expériences sur l’électricité, un homme d’état, un diplomate (il fut le premier ambassadeur américain en France), enfin l’auteur de plusieurs essais sur des thèmes aussi variés que la politique, le mariage ou le jeu d’échecs. Il existe pourtant une face moins connue du personnage : Franklin a mené toute sa vie durant une quête qui l’a conduit à explorer les racines spirituelles de la moralité. Méfiant à l’égard de tous les dogmes religieux, il était néanmoins attaché aux principes fondamentaux de la religion naturelle (l’existence d’une divinité, l’immortalité de l’âme, la rétribution du bien). Plusieurs de ses essais ou recueils d’aphorismes sont consacrés à la question de la moralité et de l’importance des vertus civiques et individuelles. Sa passion pour la vertu était telle qu’il en avait fait une partie intégrante de sa vie quotidienne. C’est ce dont témoignent plusieurs passages de son Autobiographie.

Lire la suite

10 commentaires | Lien permanent

393 Votez

Pour réhabiliter la gentillesse

Par , le 28 Dec. 2010, dans la catégorie Lectures
L'art d'être bon, Stefan Einhorn

L’art d’être bon ou comment montrer que ce qui est parfois considéré dans notre société comme une faiblesse est en réalité une qualité éthique, pas si facile à faire ! C’est pourtant ce que parvient à réaliser Stephan Einhorn, cancérologue à l’hôpital de Karolinska de Stockholm, dans son ouvrage L’art d’être bon.
Stefan Einhorn part du constat que la gentillesse est plutôt mal perçue, ou du moins d’une manière péjorative : souvent apparentée à une faiblesse, voire à une forme d’arriération mentale ou à une stupidité. Or, pour lui, la gentillesse est avant tout une forme d’intelligence

Lire la suite

48 commentaires | Lien permanent

250 Votez

Rester soi-même

Par , le 17 Oct. 2010, dans la catégorie Pratiques
champ de tulipes roses et jaunes

La pensée d’Ostad Elahi est fondée, rappelons-le, sur un travail personnel de connaissance de soi dans une optique non pas de développement personnel mais de développement spirituel. Seulement, dès lors qu’on essaie d’expérimenter concrètement cette pensée et d’entreprendre un travail spirituel de perfectionnement de soi, on se retrouve confronté à plusieurs types de résistance. Pour […]

Lire la suite

27 commentaires | Lien permanent



e-ostadelahi.fr | © 2017 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact