138 Votez

Karen Armstrong : la compassion en 12 étapes

Par , le 2 Dec. 2014, dans la catégorie Lectures - Imprimer ce document Imprimer

Compassion, manifeste révolutionnaire pour un monde meilleur

Karen Armstrong, Compassion – Manifeste révolutionnaire pour un monde meilleur, trad. Dominique Thomas, Belfond, 2013.

Karen Armstrong, historienne des religions est à l’origine de la création de la Charte de la compassion diffusée à travers le monde depuis 2009. La compassion s’y définit comme l’attitude qui incite tout un chacun « à soulager sans relâche les souffrances d’autrui, à ne pas se placer au centre de tout et à être capable de considérer les autres comme aussi importants que soi ».

Dans l’ouvrage Compassion – Manifeste révolutionnaire pour un monde meilleur, l’auteur présente une méthode pour appliquer cette Règle d’or qui fonde les grandes religions et qui a été citée par les plus grands prophètes, mystiques et sages à travers les temps : traiter autrui comme nous aimerions être traités. Chose qui ne va pas de soi dans un monde tel que le nôtre… C’est une démarche qui ne repose — et il semble important de le souligner — sur « aucune conviction surnaturelle ou confessionnelle » et qui n’est pas non plus « une doctrine à laquelle adhérer ou s’efforcer de croire » ; mais elle est bel et bien le fruit d’une vie de recherches et d’étude. « Je suis une historienne des religions, rappelle Karen Armstrong, et ce sont mes recherches sur les spiritualités du passé qui m’ont appris tout ce que je sais sur la compassion ».

Ainsi, en douze étapes à « valeurs éducatives » au sens latin du terme, soit qui « conduisent hors de », l’historienne nous invite à laisser de côté nos idées reçues et à sortir progressivement des schémas de pensées culturels, éducationnels, voire passionnels qui nous figent et nous éloignent les uns des autres. En instaurant un va et vient permanent entre une multitude de références historiques, culturelles ou religieuses et notre quotidien, elle propose une série d’exercices simples et concrets, réalisables au cours de la journée, pour cultiver la compassion en nous.

Les tous premiers pas s’intitulent « Observer son propre monde ». Il s’agit dans ce chapitre, de s’exercer au sein de sa famille qui, dit-elle « est une école de compassion car c’est en famille que nous apprenons à vivre avec les autres. » Graduellement, dans les étapes suivantes, les exercices se complexifient et s’élargissent aux personnes qui nous entourent : un ami, une personne pour laquelle nous n’éprouvons pas grand-chose et une personne que nous n’aimons pas. Voici ce que l’auteur suggère à ce stade : « souhaitez à ces personnes la joie que vous désirez pour vous-même et admettez que tout le monde a des défauts. Puis traduisez peu à peu ces pensées en actes ».

Extrait de la Quatrième étape « Cultiver l’empathie »

L’auteur au cours de ce chapitre propose un exercice de compassion envers quelqu’un que nous n’apprécions pas et voici ce qu’elle écrit : « Au cours de cette méditation, soyez patient avec vous-même ; ne vous irritez pas si vous êtes distrait, ne vous découragez pas si vous avez l’impression de ne pas progresser. Ne vous sentez pas coupable si vous êtes incapable de maîtriser vos sentiments d’aversion. Avec le temps, la pratique de cette méditation peut graver dans votre esprit l’empreinte de la compassion. Tout au long des étapes à venir, elle doit faire partie de votre pratique quotidienne. […] Si vous pratiquez fidèlement, cela va vous aider à développer de nouveaux outils : une capacité d’intériorité et une aptitude à penser aux autres, de la même façon que vous pensez à vous-même. Seule la pratique mène à la perfection, tout comme il faut des années pour un danseur avant d’effectuer une pirouette parfaite. Pour conclure la méditation, prenez la résolution de traduire au cours de votre journée ces bonnes pensées en petits gestes d’amitiés ou de compassion… »

K. Armstrong, Compassion – Manifeste révolutionnaire pour un monde meilleur, p. 141.

À l’étape 5, « Développer l’attention », Karen Armstrong nous encourage à prendre activement du recul sur nous-même : « observons notre comportement alors même que nous sommes engagés dans le processus normal du quotidien, afin de mieux découvrir notre façon d’interagir avec les gens, ce qui nous met en colère, ce qui nous rend malheureux, une manière d’analyser notre expérience et d’être attentif au moment présent ».

Intitulée « Agir », l’étape 6 nous invite à quitter la méditation et l’observation pour entrer dans l’action. Par exemple, « chaque fois que nous sommes tentés de dire quelque chose d’ignoble au sujet de quelqu’un qui nous agace […] ayons le réflexe de nous demander : apprécierais-je que cela soit dit à propos de moi et des miens ? Et si nous nous abstenons nous parviendrons à faire un pas « hors » du moi confiné dans l’ego. »

Extrait de la Sixième étape : « Agir »

« Pour commencer, prenez la résolution d’agir une fois par jour en accord avec la version positive de la Règle d’or : « Traitez toujours les autres comme vous voudriez être traité. » Ce geste n’a pas besoin d’être grandiose et spectaculaire ; ce peut être un « petit geste oublié, sans nom » qui vous parait presque insignifiant. Peut-être ne manquerez-vous pas de téléphoner à un parent plus âgé ; d’aider votre femme dans les tâches ménagères ; de prendre le temps d’écouter un collègue angoissé ou déprimé. […] Cette prise de conscience va s’accroître à mesure que vous serez plus apte à être attentionné. En second lieu, décidez de respecter chaque jour la version négative de la Règle d’or : « Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fît. » Essayez de vous surprendre au moment ou vous alliez faire une remarque blessante et demandez-vous dans quelle mesure vous aimeriez faire l’objet d’un tel sarcasme—et abstenez-vous. Chaque fois que vous y parviendrez sera une ektasis, une transcendance de l’ego. Troisièmement, faites une fois par jour un effort pour changer vos schémas de pensée : si vous vous apercevez que vous cédez à un accès de colère ou que vous vous apitoyez sur vous-même, Essayez de canaliser cette énergie négative dans une direction plus bienveillante. Si votre esprit s’enlise dans le ressentiment, efforcez-vous de penser à une chose pour laquelle vous savez que vous devez éprouver de la gratitude. […] Le but est de se comporter ainsi « toute la journée et tous les jours ». Vous serez alors devenu un sage… »

K. Armstrong, Compassion – Manifeste révolutionnaire pour un monde meilleur, pp. 155-157.

« La sollicitude à l’égard de tous » expose la phase au cours de laquelle « nous ne pouvons pas confiner notre compassion à notre groupe : nous devons nous ouvrir à l’étranger, et même à l’ennemi ». Les propositions évoluent graduellement de l’échelle individuelle à l’échelle nationale, précisément pour lutter contre le chauvinisme qui caractérise l’être humain et lui fait considérer son groupe supérieur à tous les autres. Ici, il est question de « faire de la place » à un autre lointain et inconnu, en élargissant nos horizons culturels.

Cet ouvrage qui peut sembler à première vue un peu caricatural et dont le sous-titre « un manifeste révolutionnaire pour un monde meilleur » peut faire sourire car il sonne comme une formule magique, s’avère étonnant au fil de sa découverte. Cette méthode extrêmement documentée et qui s’inspire d’un ensemble de références séculaires et surtout multi culturelles, se révèle d’une singulière précision. Et loin de la formule magique, la transformation personnelle dans laquelle elle nous entraîne est très progressive et dépend entièrement de notre bonne volonté. Ainsi, « Il faut du temps pour réorienter nos esprits et nos cœurs ; ce genre de transformation est lent, peu spectaculaire et progressif. »

Enfin, avec Karen Armstrong, développer la compassion envers les autres, ce n’est pas devenir ce gentil naïf « passif et mou », comme elle l’écrit si bien. C’est au contraire, choisir de s’inscrire dans un engagement humain qui se traduit par des actes volontaires puisque « nous devons ressentir un sens croissant de responsabilité à l’égard de la souffrance d’autrui et décider de faire tout ce que nous pouvons pour l’en libérer. »

Karen Armstrong sur TED

  

Séries à (re)découvrir :

L’altruisme

par Frédéric Perrault

photosynthèse L’altruisme (1) : Donner profit

Lorsqu’il évoque la « raison d’être » des êtres, Ostad Elahi fait référence tant à leur dimension matérielle (leur « rôle » dans l’écosphère, leurs besoins pour subsister) qu’à leur dimension spirituelle. [lire la suite]

bon samaritain L’altruisme (2) : Le bon Samaritain

La parabole du bon Samaritain, dans l’évangile de Luc, intervient au cours d’une discussion de Jésus avec le docteur de la Loi, sur la question de ce qu’il faut faire pour « avoir en héritage la vie éternelle ». [lire la suite]

billes L’altruisme (3) : Défendre le droit d’autrui

L’altruisme commence par la défense du droit d’autrui ou de son intérêt légitime : s’opposer à une injustice ou un abus, adoucir la peine ou éliminer une source d’inconfort ou de désagrément pour autrui … [lire la suite]

L’altruisme

par Claude BG

pratique de l'altruisme Une approche pratique de l’altruisme

[…] Depuis des années que je « m’intéresse » à mon perfectionnement, j’avais bien pressenti qu’essayer d’aider les autres était une pratique conforme à l’éthique et au contentement divin… [lire la suite]

motivation altruisme L’altruisme, quelques sources de motivation

Après avoir lu sur ce site l’entretien de Bahram Elahi sur le thème de l’altruisme, j’avais été frappée par l’idée que « celui qui s’engage dans son perfectionnement spirituel doit inscrire l’altruisme dans son programme pratique ». [lire la suite]


Consulter également :


Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Revenir en haut

3 commentaires

  1. KLR le 13 Dec 2014 à 11:03 1

    Merci pour cet article : je me faisais la réflexion ces temps-ci car j’essaye de pratiquer une parole d’Ostad Elahi: “Mettre l’intérêt des autres avant le sien”, que sans ce que Bahram Elahi appelle “l’aide métacausale”, il est impossible d’y arriver.
    Comme par hasard, en travaillant sur ce point, je vois que, sans que je puisse contrôler, j’ai des phrases ou des remarques qui blessent, et qui malheureusement partent avec la rapidité d’une flèche sans même que j’ai pu réfléchir avant de les dire.
    Pour remédier à cela, je pense qu’il faut avoir l’attention tournée vers Lui et lui demander de l’aide lorsque l’on est au contact des autres. Je ne crois pas être une personne foncièrement méchante, et pourtant ces petites flèches qui blessent sortent de manière tellement instinctive ! ça fait peur….

  2. mahaut le 14 Dec 2014 à 0:16 2

    Voilà de biens belles leçons. Merci de nous faire connaître cette femme et sa charte.

    Je viens de découvrir qu’en japonais il n’y avait qu’un seul mot “KOKORO” englobant plusieurs catégories : “cognitivité conscience volonté attention compassion”. Et dont les japonais se servent autant pour les humains que les facultés des animaux !!!

    Je me permets de vous passer un lien, où à 50 mn, ce concept est expliqué.

    Ce lien concerne la pensée des animaux https://www.youtube.com/watch?v=dOgN4epVNS8

    Nous nous croyons des êtres supérieurs et l’animal-animal est autant capable de ce que l’animal-humain peut faire jusqu’à un certain point !!! mais quel point ?? C EST UNE NOUVELLE IMPRESSIONNANTE….

  3. mike le 11 Feb 2017 à 3:45 3

    la démarche de ce livre est vraiment intéressante; le livre resitue l’Humanité au sein de sa propre histoire, comment le spirituel s’impose à l’homme pour en faire quelqu’un de meilleur, seule issue possible d’une vie humaine en communauté; il apporte avec beaucoup de facilité didactique les solutions d’un perfectionnement de l’espèce humaine au sein de la société, de connaissance de soi et des autres, et de dépassement de son égo, pour transformer sa propre nature de primate; c’est un véritable manifeste pour la connaissance de soi grâce à un travail personnel volontaire autour d’un concept ou d’une maxime clé pour l’humanité : la règle d’or.
    ce livre devrait faire partie des manuels scolaires, inéluctablement!

Url de rétrolien | S'abonner aux commentaires de cette page

Déposer un commentaire

Les commentaires de ce site sont modérés et ne seront donc visibles aux autres lecteurs qu'une fois validés
Rappel des mentions légales

e-ostadelahi.fr | © 2017 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact