375 Votez

La fonction de l’éthique

Par , le 31 May. 2009, dans la catégorie Conférences - Imprimer ce document Imprimer

Cette conférence présente la vision d’Ostad Elahi sur l’éthique, comme dispositif pratique que nous pouvons utiliser, au quotidien, afin de nous perfectionner spirituellement.

En continuité avec ce que d’autres penseurs ont pu dire de l’éthique – Aristote et le concept de vertu, par exemple – Ostad Elahi opère cependant un triple dépassement :

  • En lui donnant comme finalité la perfection spirituelle de l’être humain, il libère l’éthique du statut de simple conditionnement social au service du mieux vivre ensemble.
  • En lui donnant un contenu pratique, d’ordre cognitif ou comportemental, il confère à l’éthique une épaisseur expérimentale, qui permet de dépasser le niveau du discours moral normatif.
  • En plaçant au cœur de la pratique éthique l’attention au divin, il réintroduit , dans le moindre geste du quotidien, l’élan spirituel des mystiques du passé.

Cette première conférence positionne l’éthique dans sa fonction spirituelle d’outil au service du perfectionnement. La prochaine conférence détaillera les conditions de la pratique éthique selon Ostad Elahi.

➤ Cliquez ici pour visionner la conférence au format articulate


Visionner la conférence au format vidéo :



Consulter également :


Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Revenir en haut

3 commentaires

  1. Chapi le 01 Jun 2009 à 9:03 1

    Excellente cette conférence!!! simple et accessible… ça donne l’illusion que le bonheur est à portée de main (enfin à portée de pratique éthique)!! :o)

  2. MARIO le 01 Jun 2009 à 13:34 2

    Bravo pour la qualité de cette conférence!
    J’étais transporté en écoutant la voix et les paroles!
    Cela semble si simple… mais cette pratique éthique, et cette recherche de l’équilibre est plus que difficile!
    Je me suis trouvé dans une situation délicate, en début de semaine: je suis inscrit sur un site de rencontre, mais j’y vais rarement et attends la fin de l’inscription qui ne saurait tarder…
    Comme je suis très difficile, j’éconduis 9,9 fois sur 10 les personnes qui me sollicitent. Mais je me fais un point d’honneur de répondre !
    Or, répondant très poliment au courriel d’une personne qui n’était pas de mon goût, j’ai prétexté commencer tout juste une relation… Je n’allais pas lui dire la vérité: les gens se vexent, en général!
    Mais la personne n’a pas compris et m’a fait la morale, en disant en substance et pas très agréablement (!) que j’étais peu fiable si j’étais toujours inscrit sur le site!
    Déçu par son manque de perspicacité, j’ai rétorqué qu’elle pourrait quand même se poser des questions sur son physique et être un peu moins imbue de sa personne!
    Alors, elle m’a répondu un message extrêmement insultant sur mon âge comparé au sien, etc.
    J’ai été contrarié toute la journée, non pas par les insultes (je ne me suis pas senti concerné) mais parce que j’avais amené cette personne à ce message insultant! c’était de ma faute…
    En conséquence, je lui ai renvoyé un autre message en m’excusant et lui expliquant la raison de ma “provoc”… Elle s’est alors radoucie et son dernier message a été fort sympathique. J’étais rassuré, et me suis senti bien mieux, rasséréné…
    (Mon expérience est dans l’air du temps, n’est-ce pas ?)
    😉

  3. Serena le 02 Jul 2010 à 18:30 3

    Cette conference semble confirmer assez bien ce que j’ai experimente ces deux derniers mois.
    A la fin de mon stage, je suis partie deux mois rendre visite a mes parents qui habitent l’etranger. J’etais assez enthousiaste a l’idee de les voir car mes parents m’avaient clairement manque. Alors que les deux premieres semaines se passerent tres bien, ma relation avec mes parents se degrada de plus en plus au fil des semaines. Je devenais impatiente envers eux, intolerante, exigeante et des lors colerique et agressive. J’avais beau avoir tout ce que je voulais a ma disposition, une voiture, un telephone portable, la carte bleue de mes parents, toute la liberte que je voulais, j’etais triste et malheureuse. Je me couchais le soir avec un lourd sentiment de culpabilite.
    Bref, tous les avantages materiels que j’avais s’averent inutiles pour assurer mon bonheur. J’aurais pu travailler sur moi et chercher a etre plus tolerante et plus gentille avec mes parents mais j’ai totalement echoue. A chaque nouvelle epreuve, je ne faisais aucun effort pour prendre sur moi et pour accepter de m’effacer… au contraire, je cherchais a m’imposer sur mes parents. Je n’ai a aucun moment ete ethique.
    Je suis maintenant partie de chez parents et lorsque je repense a ces deux mois, je n’ai aucun souvenir concret de moments agreables passes avec eux -bien qu’il y en a eus, tels que un brunch dans un bel hotel, une semaine de vacances a l’Ile Maurice, des soirees dans des beaux endroits- mais au contraire je ne me rappelle que de sentiments lourds et desagreables.
    Il est clair que le bonheur ne se reduit pas a une abondance materielle. J’aurais certainement ete plus heureuse si j’avais reussi a chercher a ameliorer mon etat interieur et a controler mes emotions.

Url de rétrolien | S'abonner aux commentaires de cette page

Déposer un commentaire

Les commentaires de ce site sont modérés et ne seront donc visibles aux autres lecteurs qu'une fois validés
Rappel des mentions légales

e-ostadelahi.fr | © 2018 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact