301 Votez

La recherche du divin : conférence de B. Elahi – extrait 2

Si la spiritualité naturelle accorde une fonction centrale à la raison, elle reconnaît en même temps toute la valeur des émotions positives dans le processus de perfectionnement.

Dans cette séquence de questions-réponses concluant une conférence de novembre 2011 à la Sorbonne, Bahram Elahi aborde cette dimension subjective ou vécue de la connaissance de soi. Il évoque l’émotion spécifique qui accompagne la relation de l’homme au divin et à la Vérité, mais aussi la joie sans égale, à la fois forte, légère et profonde, que procure la compréhension des vérités divines réelles.

À (re)découvrir :

La spiritualité in vivo Extrait n°1 – La spiritualité in vivo

En matière de spiritualité, l’approche purement théorique des principes, coupée de la pratique, n’est pas seulement inefficace, elle constitue aussi un obstacle bien réel au progrès spirituel : celui de la suffisance ou du « supérioritisme » spirituel. [lire la suite]

La réalité de l'homme Extrait n°3 – La réalité de l’homme

Logés dans le cocon de notre ego, nous sommes semblables à des vers à soie. Bahram Elahi développe les implications à la fois métaphysiques et éthiques de cette image frappante. Il montre, schémas à l’appui, que la réalité du « moi » est constituée d’une pluralité de fonctions et de niveaux de conscience en interaction dynamique… [lire la suite]


Consulter également :


© Cette création est protégée par le droit d’auteur. Tous droits réservés. Reproduction non autorisée.

Revenir en haut

23 commentaires

  1. Wilhelm le 19 Oct 2013 à 18:23 1

    Une des clés de ce qui est dit ici est de connaitre Dieu en soi.
    Or je tourne autour de cette notion depuis 25 ans, en pressens de nombreux aspects, mais je ne le comprends, ne l’assimile, toujours pas.
    Que faire ?

    1. Sadiya Soleman le 12 Aug 2018 à 23:46 1.1

      Allah subhana waa taala a dit
      Celui qui me cherche me trouve
      L’univers ne me pas me contenir
      sauf le cœur de mon serviteur intime
      En ayant une conscience éveillée
      à travers ses attributs sûrement
      Il va se manifester
      Et l’extase va être goûtée

      1. mahaut le 22 Aug 2018 à 10:29 1.1.1

        « Celui qui me cherche me trouve
        L’univers ne peut pas me contenir
        sauf le cœur de mon serviteur intime
        En ayant une conscience éveillée
        à travers ses attributs sûrement
        Il va se manifester
        Et l’extase va être goûtée » ?

        Dès que je suis née, je fus tel un ver insignifiant qui regardant vers le soleil, s’étonnait d’être là, d’être vivante, ou d’être vivant tel être un brin d’herbe, ou vivant tel un insecte qui se découvre un « corps donné », et en sus capable de penser, de ressentir au fond de lui l’étonnement de ce ciel immense et de ce soleil suspendu… par-dessus…

        Je n’étais pas « son serviteur intime », je me ressentais n’être qu’une parcelle de ce puzzle. Que pouvais-je être d’autre ? je n’avais pas pu me créer, donc tout ce que je pouvais percevoir, ne pouvait être que participant d’une même Origine.
        Les émotions me saisissaient, je pleurais, je me souviens de m’être roulée par terre et d’avoir hurler, n’ayant pas de réponse à tout ce ressenti… étant née dans un milieu où on ne parlait pas de toutes ces choses et ne pouvais parler qu’à des témoins comment le vent, le soleil, la création… « très petite fille encore », un jour je pris un crayon et du papier, pour dessiner cette énigme : “moi et tous les autres formant ce grand univers”… et je vis devant moi matérialisé, ce qui était au fond de ma pensée, que j’ai un jour retrouvé chez un philosophe… d’un coup, j’étais rassurée. Un croquis vaut mieux que des grands discours !
        J’ai bcp et longtemps pleuré, souffrant de tout mon être, aussi écoutant cette conférence, j’y reconnais ma situation. Les propos de Bahram Elahi sont pour moi comme des formules de chimie : identification d’ingrédients que l’on mélange et qui donnent un résultat précis.
        L’âme a des facultés et cette pratique implique une classification de ces facultés :
        Connais ton corps comme un moyen de déplacement : un “chariot”
        Ton soi, comme le “maître de ce chariot”
        Le cocher, c’est le “conducteur”, c’est ma personne en chair et les rênes “ma pensée”…
        Toutes ces strates sont bien “ambigües”… et il reste à atteindre le terme de cette aventure et tout ce voyage est encore bien long et incertain…
        Toute seule, je ne puis et pour ne pas me perdre, j’ai mis ma main dans Sa main…

  2. f le 19 Oct 2013 à 22:43 2

    merci beaucoup pour le magnifique video.@ wilhelm ” que faire “?
    IL FAUT SENTIR DIEU

  3. lepersan le 20 Oct 2013 à 0:07 3

    le problème est que l’on assimilera complétement (ou presque) cette notion une fois parfait.
    entre temps, il faut développer sa raisons saine pour reconnaitre Dieu en nous.

    Personnellement à chaque fois (qd j’y pense!) que je fais quelque chose de bien, que j’ai une idée lumineuse…. je me dis en moi-même que c’est Dieu qui est passé par moi et non moi. Ainsi je vois Dieu en moi à chaque chose bien qui émane de moi qui n’est autre que Dieu.
    D’où l’intérêt également de pratiquer en permanence les principes éthiques et divins justes, car plus on les pratique plus on fera des choses bien et donc plus on aura la chance de voir Dieu en nous.

  4. juliette le 20 Oct 2013 à 0:22 4

    Je crois comprendre que ce que dit Bahram Elahi, c’est qu’en chacun de nous le Créateur a mis un potentiel de “qualités” inhérentes à Lui et que nous devons développer pour apprendre à se connaître mieux. Et comme Il nous a crée à Son image, nous devons tâcher d’être semblable à Lui par la pratique d’une éthique du comportement, et mettre à jour en nous ces “qualités” ou “vertus” de Dieu.
    Exemple : Dieu, vis à vis de nous est miséricordieux, aimant, bienveillant, tolérant, et si nous pratiquons vis à vis des autres ces “vertus” qui sont en potentiel en nous, avec assiduité et dans le but qu’Il soit content de nous, nous apprenons petit à petit à nous connaître mieux au travers de la pratique de ces “vertus” et nous prenons alors la “couleur” de Dieu. Si on les développe en sachant qu’elles viennent de Lui, qu’elles “sont” Lui, on comprend de mieux en mieux qui Il est, donc qui nous sommes et ce qu’Il attend de nous. Et en se connaissant mieux on apprend à mieux connaître Dieu.

  5. A. le 20 Oct 2013 à 8:17 5

    @Wilhelm
    Je crois la réponse est donnée dans la conférence elle-même : “celui qui pratique les principes et divins justes peu à peu atteint ces vérités” (4 minutes et 50 secondes) .. donc il faut pratiquer, pratiquer ..

    Ceci dit je suis dans la même situation que vous et non seulement – je n’arrive même pas sentir la Source à mes cotés quand je prie ou que j’essaie de pratiquer dans mon quotidien. J’essaie de L’imaginer à mes cotés mais je ne Le sens pas. Que dire ! le chemin est encore long

  6. Wilhelm le 20 Oct 2013 à 23:01 6

    Merci à chacun pour vos commentaires.

    Ce que vous dites est très utile, et je pratique ce que vous expliquez, pour certains aspects depuis longtemps.

    Si je sens constamment la Présence divine partout, tout le temps, à mes côtés, avec moi, toujours, tout le temps, je ne ressens toujours pas la Présence Divine à l’intérieur de moi.

    C’est vrai que j’ai réalisé que les vertus divines positives qui sont à l’intérieur de moi ne peuvent provenir que de LUI. Cela me donne une clé, l’explication, un entendement.

    Mais cela ne me permet pas encore de ressentir en moi la Présence Divine au sens de la Présence intime et intense, comme je La ressens partout ailleurs.

  7. Assai le 22 Oct 2013 à 21:04 7

    Merci @lepersan et @juliette.
    Une idée essentielle que je médite activement:

    “Si on les développe en sachant qu’elles viennent de Lui, qu’elles « sont » Lui, on comprend de mieux en mieux qui Il est …”

    Sans raison saine, nous sommes complètement livrés à notre égo. Et dans ce cas, Dieu n’est pas en nous … Nous sommes réduits à l’état d’animal-humain !

  8. zarina le 25 Oct 2013 à 12:36 8

    Merci beaucoup pour cette super video. Encore une fois on se rend compte d’hyper importance de “pratique des principes étiques et divins justes”! Même pour comprendre profondément et assimiler bien ces concepts magnifiques présentés dans ces extraits il faut absolument pratiquer et developer la raison saine.

  9. Wilhelm le 26 Oct 2013 à 18:15 9

    Cette semaine il m’a été donné de beaucoup progresser sur ce chemin de chercher Dieu en soi.
    Un peu la pratique et beaucoup d’aide divine.
    Et, comme il est dit dans la conférence, cela s’accompagne de beaucoup de joie.

  10. Wilhelm le 29 Oct 2013 à 17:26 10

    Peut-être suis-je trop « outspoken », comme le disent les anglo-saxons.

    Mais il faut que je donne mon opinion : je suis surpris qu’à la suite des éléments importants, pour ne pas dire assez fondamentaux, énoncés dans cette conférence il n’y ait pas plus de commentaires

  11. radegonde le 02 Nov 2013 à 20:07 11

    Ressentir “Dieu en soi” parfois c’est aussi se rendre compte que j’ ai fait une erreur, refusé de faire le bien qd il se présente par exemple… alors , je me sens envahie par la honte, et le désir de me rattraper, comme un enfant qui cherche l’affection de ses parents..

  12. Rosie le 04 Nov 2013 à 22:50 12

    Merci pour cet extrait!!
    Je me posais la même question : comment sentir Dieu en soi ? J’avais en tête une parole de Malek Jan Nemati que l’on trouve dans le livre qui lui est consacré : “Le plus important est que tu assimiles en toi la présence divine” (page 127)
    et la seule réponse que j’ai réussi à trouver, c’est celle qu’a faite Juliette.
    En développant les qualités/ vertus divines, je prends la couleur de Dieu et j’apprends à Le connaître…. Mais peut être y-t-il d’autres pistes ??
    Avez- vous des témoignages, des expérienes ou d’autres éclairages sur la question??

  13. KLR le 06 Nov 2013 à 19:37 13

    Merci beaucoup pour cette conférence qui est vraiment très motivante !
    je ne sais pas si j’ai pu sentir Dieu un millième de seconde, mais je remarque au fil du temps que mon attachement pour Lui est bien réel, stable et de plus en plus important.
    Est-ce que c’est cela sentir Dieu ? J’ai le sentiment que c’est plutôt Lui qui souffle sur mon existence, qui m’accompagne depuis toujours.

  14. KLR le 07 Nov 2013 à 12:56 14

    Ce qui me parait aussi très fort dans cet extrait de conférence, c’est que Bahram Elahi explique qu’on s’attache à la pratique spirituelle, or on le sait tous pour avoir essayé même de lutter contre un petit défaut; c’est souvent difficile, voir douloureux de lutter contre le soi impérieux…Regardez par exemple en ce qui concerne la jalousie, comme c’est amer de se forcer à être affectueux avec quelqu’un que l’on jalouse !
    J’aimerai arriver à ce stade où cela devient un plaisir, voir un attachement !
    La route est longue…

  15. kbld le 09 Nov 2013 à 11:31 15

    @ Wilhelm

    – Commentaire n°1

    Pour connaître Dieu en soi, il faut se connaître. Cela passe par la connaissance des puissances qui règnent en nous. C’est-à-dire savoir concrètement de quoi nous sommes formés, comment nous sommes constitués. Et un outil très efficace pour cela est de toujours revenir aux schémas du Moi total. Vous pouvez en trouver une à 0’40″ de la vidéo intitulée « Bahram Elahi : Connaissance de soi et Perfection », à mettre notamment en corrélation avec tout ce qui est écrit aux chapitres 5 et 6 du livre La Voie de la perfection.

    – Commentaire n°10

    Personnellement, je suis au contraire toujours surpris du grand nombre de commentaires, en plus si rapides, aux vidéos de Bahram Elahi.
    Tout est question de savoir si l’on envisage la spiritualité comme une science ou pas. La démarche scientifique ne consiste pas à dire tout ce qui nous passe par la tête sur un sujet. La démarche scientifique, c’est comprendre, analyser, expérimenter, et en tirer des conclusions après mure réflexion. Et plus c’est fondamental, plus cela demande de temps !
    Je n’ai qu’une seule fois commenté directement ce qu’avait dit Bahram Elahi, dans la vidéo évoquée ci-dessus. J’ai commenté une seule phrase, mais seulement plus de deux ans après, pour pouvoir comprendre un peu ce qu’il veut dire.
    Dans la recherche scientifique, ce n’est pas plus il y a de mots, mieux c’est, mais plus c’est pertinent, mieux c’est. Même pour les autres articles, je réfléchis avant d’écrire, et seulement au bout d’un moment je me mets à écrire, sur un fichier à part, très souvent je l’amende à de nombreuses reprises, et quand je le trouve assez bon, j’envoie mon commentaire. Une seule fois, j’ai écrit à la légère un commentaire dans une espèce de course pour être dans les premiers commentaires. Eh bien, au final, il y a une idée bonne, mais le reste est du blabla sans intérêt.
    Par exemple, je ne comprends pas ceux qui écrivent deux commentaires à la suite trop souvent, on sent souvent l’absence de véritable réflexion derrière. La recherche scientifique, c’est autre chose que la discussion de comptoir. C’est sérieux.

    Après, votre première question ne rentre pas dans ce que j’ai dit. Puisque vous prenez un concept très classique, /que vous avez essayé de mettre en pratique pendant un certain temps/, vous profitez seulement du fait que ce concept est de nouveau évoqué dans la vidéo pour lancer la réflexion. C’est différent d’une remarque à l’emporte-pièce sur une chose évoquée dans la vidéo.
    Par ailleurs, je ne condamne pas tous ceux qui écrivent des commentaires très courts et sans fond. Cela peut être motivant, chacun sait mieux pour soi. J’écris tout ce texte seulement parce que je trouvais assez fort qu’on parle de /nombre/ pas assez grand de commentaire, surtout pour une vidéo comme celle-ci.

  16. KLR le 10 Nov 2013 à 21:13 16

    @kbld
    Je suis d’accord avec vous et je sais, pour ma part, que mes commentaires manquent souvent de fond…
    Mais il y a une chose qui m’encourage à continuer à faire des commentaires même s’ils ne sont pas très intéressants: c’est qu’à chaque fois que je suis devant la page “déposer un commentaire” et que j’essaye de me creuser pour trouver une petite participation même minime à ce site, j’ai le sentiment d’avoir tourner un peu mon attention vers la spiritualité, de sortir de mes préoccupations matérielles et de recevoir du coup un peu d’énergie…
    Vous allez me dire que mon intention est très égoïste !

    Je trouve d’ailleurs l’idée de ce site participatif tout à fait formidable. On y reçoit des informations, mais on a aussi la possibilité d’échanger et de se livrer sur sa pratique, ce qui souvent est d’une grande aide. je me souviens de certains conseils anonymes que j’ai gardé en mémoire. le fait aussi de voir que l’on n’est pas les seuls à se débattre avec nos contradictions, nos défauts…C’est très encourageant !

  17. suzie le 17 Dec 2013 à 1:08 17

    Des mots très touchants et très authentiques dans cette vidéo que je viens de découvrir. Je pense qu’on peut sentir un peu ce que dit Bahram Elahi, avec des perceptions que l’on a soi-même eues, c’est le côté universel de ce vécu spirituel qui parle à tous.
    Merci

  18. Ms le 25 Dec 2013 à 13:12 18

    Les émotions ! Que c’est difficile de les “gérer” ! Tant d’émotions visant à satisfaire l’égo et si peu qui sont désintéressées !

    C’est fou comme je pense trop souvent à être apaisée grâce aux gens qui m’entourent alors que tout cela n’est qu’éphémère … La preuve : telle une personne “addict” je cherche à plaire aux gens / donner une bonne image, mon égo est gonflé puis quelque chose se passe et je dois le regonfler et ainsi de suite … Tout cela est basé sur du vent. Je l’oublie trop souvent et trop vite.

    “Pure, profonde, bienfaisante et allégeante” : ces mots de Bahram Elahi pour définir la vraie émotion me touchent.

  19. juliette le 12 Apr 2014 à 0:51 19

    En revoyant cette conférence du Professeur Elahi, j’ai ressenti cette émotion dont il parle. C’est une joie et un espoir qui me permet de continuer mon cheminement et stimule mon désir profond d’avancer et de ne pas perdre de temps. C’est comme une pulsion forte qui émane de mon coeur et qui m’envahit me procurant un immense bien être et un grand bonheur. Merci pour cette conférence.

  20. abb le 21 Jul 2014 à 2:47 20

    Je vois donc l’importance et l’urgence d’analyser sa pratique.

    Merci beaucoup pour cet extrait. c’est très motivant.

  21. Becido le 26 Mar 2015 à 20:58 21

    Wilhelm

    “Si je sens constamment la Présence divine partout, tout le temps, à mes côtés, avec moi, toujours, tout le temps, je ne ressens toujours pas la Présence Divine à l’intérieur de moi.”

    Ne m’en veuillez pas mais “sentir constamment la Présence divine partout, tout le temps, à vos côtés, avec vous, toujours, tout le temps,” … c’est déjà beaucoup il me semble 🙂

    Et si Elle était déjà en vous ? Il suffit peut-être de l’accepter ?

    Bien à vous.

Url de rétrolien | S'abonner aux commentaires de cette page

Déposer un commentaire

Les commentaires de ce site sont modérés et ne seront donc visibles aux autres lecteurs qu'une fois validés
Rappel des mentions légales

e-ostadelahi.fr | © 2018 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact