153 Votez

Une prière réussie

Confidences, prières d'Ostad Elahi

La prière est la pratique spirituelle la plus universelle. Elle relie l’esprit de l’homme au Divin, et lui permet ainsi de ne pas L’oublier. Mais elle permet aussi de se rappeler à soi-même, à sa vraie dimension, qui est de nature spirituelle.

Ostad Elahi, qui depuis son plus jeune âge a pratiqué la prière sous des formes variées, revient à maintes reprises dans son œuvre sur les conditions essentielles de la prière. Certaines de ses recommandations sur la prière ont été publiées dans Confidences, Prières d’Ostad Elahi, un ouvrage édité à l’occasion du centenaire de sa naissance.

Nous en reproduisons ici un extrait :

  • Dans la prière, l’essentiel est l’intention. Qu’importent la religion ou la langue, il suffit de tourner son attention vers Dieu pour que la prière soit entendue.
  • La prière ne doit pas se réduire à répéter des formules : elle doit être à la fois action, concentration et contemplation.
  • Peu importe le lieu ou le moment où tu pries, Dieu est toujours à tes côtés quand tu t’adresses à Lui.
  • L’effet de la prière dépend du moment, de l’intention et de la sincérité du cœur, ainsi que de l’élan et de la ferveur.
  • Il ne faut pas prier par crainte, ostentation, ou avidité, mais par amour pour Dieu et en toute sincérité.
  • Pourquoi les prières sont-elles répétitives ? Pour que peu à peu, sous l’effet de la répétition, l’attention apparaisse et la concentration augmente.
  • Ne vous laissez pas duper lorsqu’une petite voix à l’intérieur de vous dit : « Puisque tu fais mal ta prière, il vaut mieux ne pas la faire du tout… » C’est la voix du soi impérieux, ne l’écoutez pas !
  • Chaque oraison intime que l’on a avec Dieu est enregistrée dans le monde spirituel où elle demeure à jamais mais les moments où la pensée se disperse y sont également enregistrés…
  • Prier pour ses parents et pour tous les croyants est une façon de servir les autres, car c’est semer les graines du bien.
  • Au moment de la prière, imagine que tu parles à quelqu’un. De même que lorsqu’on s’adresse à quelqu’un, on ne dit pas des choses que l’on ne comprend pas, dans la prière, on doit comprendre et bien se représenter chaque mot que l’on prononce, savoir à qui l’on s’adresse et avoir conscience de ce que l’on dit.
  • Mieux vaut prier sans enthousiasme, et même en se forçant, plutôt que de ne pas prier du tout.
  • Il faut atteindre le point où prier vous procure joie et plaisir, et ne se réduise pas uniquement à l’accomplissement d’un devoir.
  • L’effet d’une prière faite avec la « présence du cœur » perdure des milliers d’années.
  • Où que vous l’entendiez, révérez et accueillez le nom de Dieu avec joie, sans vous soucier de savoir qui l’a prononcé et comment. Bénéficiez de cette grâce et ne dites pas : « on n’est pas de la même religion », car votre but est le même.


Consulter également :


© Cette création est protégée par le droit d’auteur. Tous droits réservés. Reproduction non autorisée.

Revenir en haut

23 commentaires

  1. or le 20 May 2012 à 20:56 1

    Cette article donne envie de persévérer dans la prière. C’est vrai que c’est pas tous les jours évident. Il y a des périodes ou je suis très motivé, d’autres ou je le suis moins.

  2. mike le 20 May 2012 à 23:31 2

    ça fait du bien, c’est le fondement le plus essentiel et le plus universel, c’est l’ancre du bateau qui s’échoue…c’est une nécessité inhérente à notre nature, comment peut-on s’en passer ou dire que cela n’est pas utile?
    merci de nous rappeler l’importance de la prière et sa quintessence

  3. igloo le 20 May 2012 à 23:37 3

    J’ai une question sur la citation suivante: “Pourquoi les prières sont-elles répétitives ? Pour que peu à peu, sous l’effet de la répétition, l’attention apparaisse et la concentration augmente.” J’ai du mal en effet à faire le lien entre répétition et attention. Il me semble dans mon expérience que si on répète très souvent une chose, on a plutôt tendance à la faire de façon automatique et sans attention. Quelqu’un a une idée?

  4. ia le 21 May 2012 à 6:39 4

    Je lis ces lignes ce matin et ils me troublent, dans un bon sens. Récemment je trouvais que des personnes que j’aime communiquent mal ou pas assez ou pas assez clairement avec moi. Je me rends compte que je fais des reproches intérieures à des amis et pourtant ne fait pas mieux de mon côté lorsque je m’adresse à Celui que j’aime le plus au monde. Il est temps que je fasse plus d’efforts.

  5. A. le 21 May 2012 à 19:34 5

    “Ne vous laisser pas duper lorsqu’une petite voix à l’intérieur de vous dit : « Puisque tu fais mal ta prière, il vaut mieux ne pas la faire du tout… » C’est la voix du soi impérieux, ne l’écoutez pas !”

    D’après mon expérience la voix du soi impérieux se manifeste aussi en me répétant sans cesse que le fait de reporter un moment d’attention à la Source, ne tire pas à conséquences puisque se sont des micro-actions sans importance. Mais dans la réalité c’est tout le contraire ! Il suffit pour cela d‘analyser son état émotionnel pendant la journée ou en fin de journée.

    D’après mon expérience on observe que :

    • après une journée sans moments d’attention à la Source, on ne se sent pas très bien et on est plus facilement proie à des émotions négatives (pessimisme, anxiété, colère etc..) ;
    • son niveau de motivation vers la spiritualité, p.ex. motivation à aider autrui, à lire un livre spirituel etc.. baisse d’une façon importante.

  6. kbld le 21 May 2012 à 19:39 6

    @igloo

    +1
    Je me posais la même question.

    Je pense que la réponse réside dans la lecture attentive de la phrase. Il répond à “pourquoi” est-ce ainsi, donc dans quel but on enseigne (impose auparavant) cela.
    En fait, le but est qu’on puisse faire de plus en plus attention, mais cela ne veut pas dire que cette croissance dans l’intention vient automatiquement. Par la répétition, il y a une >possibilité< plus grande d'attention, mais il faut un effort.
    Parce que si on y réfléchit, si on lisait un texte sans arrêt nouveau, on ne pourrait pas réfléchir au sens profond des mots et avoir une grande attention envers ce sens et envers Celui a qui ont les dit (la nouveauté des paroles nous déconcentrait de lui), comme on nous encourage à le faire dans la pratique de l'attention-dialogue.

    Après, c'est vrai qu'on a tous tendance a prier de manière automatique avec la répétition. Mais je pense qu'il faut prendre cette parole comme un conseil selon lequel il faut profiter de cette répétition pour augmenter l'attention, et non comme une simple constatation d'un fait qui se produit automatiquement. Je ne dis pas que c'est facile, mais c'est toujours utile à savoir. En même temps, cela nous permet de bien se rendre compte qu'automatiquement, la répétition nous fait se déconcentrer, donc que, puisque la prière qui compte pleinement est celle avec attention, le vrai sens de la prière répétitive (qui est tout le temps conseillée) et donc de la prière tout court est une prière où l'on est actif (où on entreprend un travail personnel continu pour être concentré).

    Merci d'avoir posé la question, cela m'a permis de formuler une réponse claire qui me sert à moi-même. Enfin, c'est ma réponse.

  7. A. le 21 May 2012 à 19:53 7

    @igloo

    Par rapport à la question évoquée par Igloo, je dirais que l’explication réside dans le fait qu’à force de faire des efforts (pour prier avec attention) on développe la capacité de concentration et attention. Je crois donc que par répétition il faut comprendre effort.

  8. clara le 21 May 2012 à 21:04 8

    A Igloo

    Dans cette question de répétition, ne mettez vous pas une notion d ‘automatisme? comme on ferait la vaisselle, c’est à dire un acte obligé, mais auquel on n’accorde pas d’importance contrairement à la rédaction par exemple d ‘une thèse ou d’un mémoire que l’on rédige et que l’on va relire des dizaines de fois avec attention parce que l’ enjeu en vaut le coup.

    Je crois qu’il faut avoir réellement conscience de l’enjeu afin que la répétition produise son effet ; on comprend et perçoit le sens profond et la valeur de chaque mot prononcé sans aucun moment d’inattention….C ‘est très difficile.

  9. ia le 22 May 2012 à 7:34 9

    En réponse tentative à igloo-
    Répéter une action, en faire presque un automatisme peut faire qu’on n’y prête plus assez d’attention, mais en fait, au contraire, si on compare avec des métiers tel que la cuisine, un grand chef fera les mêmes gestes tous les jours, coupera les oignons de la même manière et en cherchant toujours le geste juste, l’intention juste, en quelque sorte. On pourrait peut-être dire qu’un autre fera de même mais pour mieux rentrer chez lui ou parce que c’est “juste” son travail. Mais en répétant, je crois comprendre, on s’approprie le geste, la parole, on affine, on entend toujours plus. Se connecter tous les jours par la prière de façon régulière non seulement fait que notre coeur, notre pensée, notre être se dirige automatiquement vers cette lumière à force, mais en plus on se connecte. On donne davantage de sens au mots qu’on prononce.

  10. a. le 22 May 2012 à 8:49 10

    merci beaucoup pour ces quelques citations qui sonnent toutes plus justes les unes que les autres. Il y a du travail encore, mais au moins ça donne une idée vers où les efforts doivent porter…

  11. juliette le 22 May 2012 à 12:22 11

    Si je peux répondre à la notion de répétition dans la prière, après grosse réflexion : je pense que si cette répétition n’est pas un acte mécanique mais qu’elle est concentrée sur les mots à répéter, c’est comme si on préparait un sol fertile avant de le labourer, de le semer et de l’arroser. J’ai la sensation que ces mots répétés sont comme un mur que l’on bâtit, brique à brique, bien serré et étanche, et qui isole du froid et des courants d’air (ce qui pourrait être la manifestation pernicieuse des pensées parasites et du soi impérieux). Pour ce qui est de la prière, ces mots dits avec le coeur finissent par ne plus laisser aucune place à la dispersion de l’attention et crée, finalement, ce lien formidable avec LUI. Car le but n’est il pas, au travers de la prière, de relier notre attention à la Sienne ? Ce qui dans certain cas nous donne des moments de joies intenses et inoubliables.

  12. Aurore le 23 May 2012 à 14:46 12

    @ia
    Votre remarque sur la communication dans votre premier post, je la trouve super intéressante. Pour ma part, je suis anti “blabla” et “small talk” (comme on dit en anglais). Quand c’est avec les gens qu’on aime, ca peut même devenir douloureux parce qu’on a l’impression qu’il n’y a pas de confiance ou de respect. Pour aller plus loin je n’aime pas non plus prendre des engagements que je ne vais pas pouvoir respecter, dire des choses que je ne vais pas faire. De ce point de vue là je suis assez pragmatique et logique.
    Je n’avais jamais fait le rapprochement avec la prière. Vous m’avez ouvert une perspective très intéressante pour améliorer/être plus vigilante dans ma communication avec Lui!

  13. mahaut le 23 May 2012 à 20:03 13

    En lisant ce nouvel article, j’ai du vague à l’âme :

    1) “La prière relie l’esprit de l’homme au Divin, et lui permet ainsi de ne pas L’oublier”.
    2) “Mais elle permet aussi de se rappeler à soi-même, à sa vraie dimension, qui est de nature spirituelle”.

    Je suis “une marcheuse” : je me vois emprunter Sa création, Ses chemins sous Son soleil, cependant, les chemins ne sont pas carrossables et par inconscience, imprévoyance, distraction, je tombe dans les trous du chemin, après, il me faut du temps pour m’en extraire, remonter à la surface…..

    C’est bien à ce chemin auquel j’aspire, mais mon inexpérience ne m’empêche pas de déjouer les pièges. Après quelques nuits dans une fondrière ou un ravin, je suis “cabossée” et gelée…. Du fond du ravin, c’est parfois “prier vous procure joie et plaisir” mais c’est aussi “l’accomplissement d’un devoir”.

    En fait, aller vers Lui, c’est avoir rompu avec les attachements, sinon, les attachements matériels nous rattrapent et tout ce que nous avons à faire dans l’immédiat s’interpose dans notre tête, et nous fait oublier notre “nature spirituelle”.

    Où sont la sincérité de mon cœur, son élan et sa ferveur, on se rend compte qu’on se raconte beaucoup d’histoires, on voudrait que notre tête ne fonctionne plus et ne faire qu’avec le coeur…. Sans Son aide……………

  14. ia le 23 May 2012 à 20:59 14

    @Aurore
    Merci beaucoup pour vos remarques qui m’aident aussi à être moins campée sur mes propres jugements et perceptions. Je suis un peu enfermée dans ma vision subjective mais je vois dans votre commentaire que vous, par exemple, êtes sûrement sincère mais communiquez différemment que d’autres. Sans le superflu peut-être. Je ne sais pas. Mais je pense à quelque chose que j’ai souvent entendu d’un membre de ma famille d’âge très avancée: c’est souvent dans le “small talk” qu’on trouve des réponses à nos questions.

  15. Wilhelm le 25 May 2012 à 21:03 15

    En plus des conditions requises, il nous faut espérer que nos prières seront entendues.

  16. mahaut le 29 May 2012 à 15:53 16

    L’esprit est divisé et on se sent congelé. Nous ne serions pas aussi congelés si avec certitude, nous vivions en vérité. Nous devons nous battre avec nous-même, en espérant Sa bonté.

    Je me permets de vous donner un lien qui peut amener à surmonter la congelation.

    http://interobjectif.net/notre-demeure-nosso-lar/

  17. ia le 02 Jun 2012 à 9:39 17

    Spoiler Alert! (ce commentaire contient des références au film dans le lien de mahaut)
    Merci beaucoup mahaut pour ce lien. Je n’avais jamais entendu parler de ce film. On est invariablement englouti dans nos préoccupations matérielles, les débordements émotionnelles, les luttes avec le soi impérieux, mais ce film aide en effet à voir que la prière, c’est mon seul espoir. Que Lui est mon seul espoir. Car sans Lui, comment espérer sortir de ce marécage de mes pensées et de ma vie? J’ai été particulièrement frappée par la scène où André prie dans la boue, puis aussi par la scène où ceux qui viennent sortir les âmes/gens de la boue pour les amener vers la lumière et dans la cité d’où nous venons (un premier niveau de cet univers) se retournent et tendent la main à ceux laissés derrière- malgré le fait qu’ils n’aient pas fait un appel à Dieu- et que ceux-ci reculent, ne veulent surtout pas sortir de leur état de souffrance!

  18. charlie le 09 Jun 2012 à 16:32 18

    merci mille fois d’avoir partagé ce film que je trouve absolument magnifique et de plus en plus subtil au fur et à mesure que le film avance. et je pense exactement comme ia, cette main tendue fait partie de ces moments forts du film qu’on n’a pas envie d’oublier, qu’il ne faudrait pas oublier.

  19. charlie le 09 Jun 2012 à 19:42 19

    Pour ceux qui ne l’auraient pas vu, on m’a également précisé qu’un peu plus bas sur la même page (en commentaire) que le film nosso lar, il y a un autre film fiction sur la vie cette fois du medium chico xavier, ( le film nosso lar est tiré d’un livre de chico xavier), medium entièrement dévoué bénévolement à son prochain. Ce film semble avoir bien respecté sa vie, car nous voyons des extraits (pendant le générique de fin) d’interviews filmés de ce medium. Ce film est très beau, la dernière demie heure est particulièrement forte et empli d’une grande foi.

  20. diane le 11 Jun 2012 à 12:27 20

    Merci également pour ce très beau film. Beaucoup de scènes sont touchantes et notamment, puisque cet article est consacré à la prière, celle où le médecin comprend que seules 2 personnes ont prié pour lui, sa mère et une patiente, et la souffrance qu’il en ressent. Autrement dit, quand on prie pour quelqu’un, cette prière l’atteint.
    @ia, toujours en parlant d’une scène de ce film, vous dites que certains dans le purgatoire ne veulent pas sortir de leur état de souffrance. Ne serait-ce pas plutôt qu’ils ne le peuvent pas ? nous partons dans l’au-delà avec notre bagage rempli de ce que nous avons appris sur terre. Si nous n’avons pas préparé notre voyage, nous ne pourrons pas savoir où aller, comme si nous étions catapultés dans un pays étranger et inconnu.

  21. mahaut le 12 Jun 2012 à 20:10 21

    Je me permets de vous donner le lien pour le film au sujet de Chico Xavier

  22. ia le 16 Jun 2012 à 12:35 22

    @Diane
    Oui. Aussi, lorsque les “envoyés” ou “agents” je ne sais pas comment les appeler, tendent la main vers ceux qui évidemment vivent dans le souvenir de leurs instincts et pulsions matérielles, en les regrettant- cette main tendue, venue d’en haut pour ainsi dire, n’a pas demandée que les “perdus” soient à la hauteur, mais juste qu’ils attrapent cette main. Ce que je veux dire, c’est que certes on va là-bas avec nos connaissances acquises ici-bas, mais même si nous n’avons pas appris grand chose, même si quelque part nous ne valons pas grand chose à priori- Il est si miséricordieux, généreux, tout puissant, qu’il est possible de sortir de notre état misérable, qu’Il peut nous sortir. Mais il faut que nous fassions ne serait-ce qu’un tout petit geste: lever la main, suivre, dire d’accord. André avait besoin d’implorer Dieu, ce qui est compréhensible, mais les autres, que je croyais d’abord envieux, qui semblent vraiment pas sympas du tout, à eux aussi on dit, d’accord, vient mon enfant…

    Ce que je veux dire, c’est que peut-etre là, je suis comme eux dans un sens. Englouti dans l’obscurité, et je me sens paralysée souvent,…mais si je sais que Dieu ne demande qu’un tout, tout petit geste. Un tout petit acte. Une prière. Même si je ne suis pas à la hauteur d’un autre. Cela me soulage.

    Malek Jan dit à une personne (p. 129, Malek Jân Ne’mati, Leili Anvar) : “…demandez Son aide sans hésiter. Dites-Lui: “Mon Dieu, je me remets à Toi.” Il vous guidera et vos souci disparaîtront.”

    Pour moi il y a un parallèle entre ce qui se passe dans la vie d’André après la mort et aussi notre vie ici.

  23. adissam le 14 Jul 2012 à 0:07 23

    Dans ce film, j’ai aussi été touché par :
    – l’importance des “réserves spirituelles” acquise sur terre (combien avez-vous de “bonus” lui demande-t-on pour pouvoir avoir le droit de contacter sa famille),

    – et la précision de cet intermonde: très concret pour ceux qui y sont, structuré et même hiérarchisé.
    Comme si la liberté de certains était limitée, par ex. le personnage de la jeune femme encore enfermées dans ses pensées qui ne comprend pas où elle se trouve, et qui se soucie encore pour son mariage, ou bien le médecin qui essaye de pratiquer la médecine qu’il connait mais cela ne produit aucun effet car les nouvelles âmes arrivantes nécessitent un autre type d’aide,….

    Je ne peux m’empêcher de faire le lien avec cet article sur votre site:
    http://www.e-ostadelahi.fr/eoe-fr/intermonde-2/

Url de rétrolien | S'abonner aux commentaires de cette page

Déposer un commentaire

Les commentaires de ce site sont modérés et ne seront donc visibles aux autres lecteurs qu'une fois validés
Rappel des mentions légales

e-ostadelahi.fr | © 2018 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact