53 Votez

Âme céleste

Par , le 10 May. 2008, dans la catégorie Conceptothèque - Imprimer ce document Imprimer - English version

âme céleste

Nous sommes des êtres bidimensionnels, composés de la part terrestre (ou âme terrestre, le ça avec son prolongement en soi impérieux) et de la part céleste qu’on appelle aussi âme céleste. Il ne s’agit pas ici de distinguer entre l’âme et le corps, mais de mettre en évidence la bipolarité liée à l’existence de deux parts – terrestre et céleste – au sein même de notre âme.

Tant que nous vivons sur terre, l’âme céleste et l’âme terrestre qui ont fusionné forment une entité unique et constituent ensemble notre psychisme. Toutefois, en observant avec un peu d’attention les différents flux qui traversent ce psychisme, nous pouvons distinguer dans une certaine mesure ce qui relève des deux composantes. Par exemple, tout ce qui a trait à l’amour des choses matérielles relève de la part terrestre. En revanche, tout ce qui a trait à la raison, à la conscience morale, à la foi, au sentiment de notre dignité, au dépassement de soi, à l’amour de la vérité et de la justice, relève de l’âme céleste.

Le meilleur signe de la présence de l’âme céleste en nous est que le bonheur matériel le plus parfait, la plus belle réussite sociale, professionnelle ou familiale ne suffiront jamais à éliminer l’insatisfaction fondamentale de notre nature. Cette perpétuelle insatisfaction découle précisément de notre constitution bipolaire : « … Du fait de sa double origine céleste et terrestre, l’organisme spirituel de l’être humain est porteur, dès sa naissance, d’un déséquilibre fonctionnel. Ce déséquilibre fonctionnel se traduit au niveau de la conscience par le sentiment d’un tiraillement intérieur entre le bien et le mal, qui engendre une inquiétude de fond. Cette inquiétude de fond est un stimulus nécessaire pour que l’homme soit poussé à l’action et que, grâce à sa raison transcendante, il acquière des connaissances à travers ses erreurs. » (Médecine de l’âme, p.23-24)

Il y a dans cet extrait de Médecine de l’âme quelque chose de rassurant : le bonheur parfait n’existe pas sur terre pour les hommes, ou alors de façon très ponctuelle et éphémère. Il suffit pour cela d’observer sa propre vie et celle des autres. Mais tout cela est parfaitement normal. L’insatisfaction permanente dans laquelle nous vivons, cette « inquiétude de fond » qui nous distingue des autres êtres vivants, ce mal-être plus ou moins diffus auquel nous sommes tellement habitués que nous ne le percevons plus, tout cela est naturel et même nécessaire à notre avancement. C’est l’aiguillon qui nous empêche de nous contenter d’une vie entièrement vouée à la satisfaction de nos besoins biologiques et psychiques de base.

L’âme céleste est l’élément perturbateur qui nous rend fondamentalement inadaptés à la jouissance de ce type de bonheur. Les plus grandes joies et les plus grands plaisirs de cet ordre s’altèrent et perdent finalement leur saveur car ils ne répondent qu’aux besoins de l’âme terrestre et laissent l’âme céleste sur sa faim. Or, pour être pleinement satisfaits, nous avons besoin de nourrir avec des aliments adaptés notre part céleste qui, tout comme le corps et tout comme la part terrestre, réclame son dû : un apport suffisant en principes éthiques et divins justes qui lui permette de croître et de se développer.

Quelques caractéristiques de l’âme céleste

  • L’âme céleste constitue le noyau de notre identité : elle est cette conscience qui dit « moi » en moi et qui survit après la mort du corps physique. Nous sommes essentiellement notre âme céleste, même si le corps et l’âme terrestre jouent un rôle fondamental dans notre identité tant que nous sommes sur terre.
  • Cette conscience est au départ angélique, ignorante et immature. Elle a besoin pour évoluer de son complément : l’âme terrestre. En fusionnant avec l’âme terrestre, elle s’enracine provisoirement dans un corps-milieu de façon à pouvoir en tirer les nutriments nécessaires à son développement et à sa maturation.
  • Concrètement, cela signifie qu’elle doit se confronter aux pulsions naturellement envahissantes de l’âme terrestre (colère, concupiscence, ruse…) et apprendre progressivement à en réguler les excès. Elle doit absorber les élément terrestres selon le dosage adapté sans pour autant se laisser envahir par eux. Cela lui permettra de sortir de son état angélique et d’acquérir la connaissance.
  • L’âme céleste est une composante à la fois pulsionnelle et rationnelle de notre psychisme. Elle est la source de la raison, mais aussi la source de nos pulsions éthiques et transcendantes (dévouement à autrui, sens de la justice et de l’équité, amour de la vérité…) qui s’opposent aux pulsions de l’âme terrestre. Les trois composantes essentielles de l’âme céleste selon Bahram Elahi sont : le moi, le surmoi et le surça.


Consulter également :


Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Revenir en haut

Pas de commentaires

Url de rétrolien | S'abonner aux commentaires de cette page

Déposer un commentaire

Les commentaires de ce site sont modérés et ne seront donc visibles aux autres lecteurs qu'une fois validés
Rappel des mentions légales

e-ostadelahi.fr | © 2019 - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Contact